Mauvais acolytes : le Président centrafricain Faustin ArchangeTouadera victime d’un entourage stérile

Kangbi-ndara.info/  La seule porte du régime qui s’ouvre aisément à toutes initiatives en République Centrafricaine sans faire du bruit est celle du Chef de l’Etat. Ceux placés à des postes stratégiques par le Président Faustin Archange Touadera pour porter avec lui le joug du quinquennat estampillent sur des priorités qui laissent à désirer.

De très bonnes sources à la présidence centrafricaine, le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera est depuis peu submergé de toute part mais il tient le cap sans murmure. Nos informateurs de la présidence utilisent de vocables ronflants pour décrire l’entourage du numéro un centrafricain : « ce sont des asociaux et des narcissiques de calibrage chimérique ».

Selon ces mêmes sources, la loufoquerie des affiliés à l’oligarchie centrafricaine actuelle est non seulement repoussante mais exagérée. Une forte odeur de sabotage de la vision politique du Président de la République monte de la quasi-totalité des institutions de l’Etat, très particulièrement du Gouvernement et des sociétés d’Etat. Consécutivement les porteurs d’initiatives sérieuses amochant ces derniers repartent déçus. Les parcimonieux se démêlent de s’engouer encore et encore mais le rendu reste malodorant.

Nos sources révèlent que si le lourd fardeau d’initier, de financer, de négocier, d’assurer le bon suivi et de trancher les contentieux se repose essentiellement sur les épaules de Touadera, c’est parce que les piliers du régime sont très préoccupés à brocanter des parcelles de terrain çà et là ; à pousser des immeubles de Baoro à Damara ; à dupliquer des duplexes de Pk12 à Ouango et à ouvrir de petits commerces aux maitresses.

« C’est un réel problème de vision et de gestion du pouvoir qui semble intéresser personne. Le Président s’est rendu compte qu’il ne peut compter sur un grand nombre de ses appuis internes pour la mise en œuvre de sa politique. Très peu l’aide visiblement et pratiquement en ce sens. Désormais on essaie de tout gérer à la présidence au profit des figurants », mots d’indignation d’un très proche du Président Touadera.

On raconte aussi que le cabinet et la résidence du Président Touadera se transforment peu à peu à des maisons de charités tandis que les ministres, directeurs de cabinets et directeurs généraux des sociétés d’Etats jubilent avec leurs fonds spéciaux dans des confessionnaux. Certains prétendent que cette inconduite des alliés du Président serait le mobile de la publication étincelante faite en juin dernier par le président du Réseau des jeunes de mouvance présidence (RJMP) Ludovic Ledo.

Il est une évidence, seul, le Président ne pourrait supporter longtemps le fardeau que lui laisse porter ses « inattentionnés » acolytes attendant l’approche des élections pour s’aligner normalement afin de préserver leur places fugaces à la mangeoire de Bangui.

Kangbi-ndara




Laisser un commentaire