Méfiance au sommet de l’Etat : le Premier ministre Mahamat Kamoun soupçonné d’une tentative de coup d’Etat ?

Kangbi-ndara.info / Ce sera un coup dur pour la Présidente de la Transition Catherine Samba-Panza de se rendre à l’évidence que le chef du Gouvernement transitoire Mahamat Kamoun ne serait pas, d’après les nouvelles qui circulent dans la capitale centrafricaine, étranger à la récente tentative de coup de force à Bangui. Plusieurs sources anonymes  à Bangui affirment que le Premier ministre serait pour quelque chose dans les récents  troubles sécuritaires ayant fait d’une centaine de morts dans la capitale centrafricaine.

kamounA l’instant où nous mettons cet article sous presse, ces informations restes officieuses et difficiles à confirmer faute de preuves palpables mais les rumeurs sont tellement persistantes à Bangui que Kangbi-ndara a jugé utile de la partager avec ses lecteurs suivant la logique selon laquelle : les rumeurs se confirment quelques fois en Centrafrique.

Parmi plusieurs noms qui circulaient ces derniers temps dans la capitale centrafricaine, relatifs au putsch manqué de fin septembre 2015, un seul nom remonte actuellement en surface : Mahamat Kamoun. Plusieurs sources discrètes se concordent et la présidence de la République ne serait pas en reste car nos sources proches des services de renseignements centrafricains d’affirmer sans plus de détails précis qu’il y a plusieurs éléments qui fondent cette rumeur visant le chef du Gouvernement transitoire Mahamat Kamoun.

Pour certains, même s’il n’y a pas de preuves tangibles pour justifier le « laisser faire » du Gouvernement, qui n’a pas anticipé sur les évènements frôlant un énième changement politique en République centrafricaine, quand bien le complot a été prévisible sans que des dispositions sécuritaires conséquentes aient été prises, le bref laxisme du Premier ministre témoigne de beaucoup. Est-ce pour couvrir ses arrières que le Premier ministre a taxé Radio Ndeke Luka, émettant en onde courte, de radio milles collines pour avoir tendu son micro a des centrafricains révélant que le complot manqué résultait d’une trahison à la tête de l’Etat transitoire ?

Beaucoup s’interrogent encore sur la réclusion stratégique au Km5 d’Abdoulaye Hissen, ancien chef rebelle et ex-ministre, alors que ce dernier dispose d’une villa en face de l’Agence Air-France. Que dire des récentes déclarations tendancieuses sur les ondes des médias nationaux. Ils se trameraient bien de choses ! Comment expliquer l’actuelle ramification du Ministre des Finances et du Budget Abdala Kadre autour du patriarcat  du feu Zagui, ex-député du RDC et propriétaire de l’Hôtel National ?

En effet, d’autres sources muettes proches de l’Exécutif de la Transition, confirment que la puce vient d’être mise à l’oreille de la Présidente Catherine Samba-Panza qui, avait tant félicité le Premier ministre Kamoun dans son dernier laïus à la nation pour avoir, vraisemblablement, tout mis à l’œuvre afin de sauver la Transition et les institutions de l’Etat. Or, si cette rumeur s’avère fondée, le regret et la confusion habiteraient sans doute la case de Cathy Samba-Panza, depuis quelques temps ballottée çà et là par une institution informelle imposante dit le Groupe International de contact sur la RCA GIC-RCA (G8-RCA), institution dont le mystère couvre totalement la mission et les objectifs.

Les signes extérieurs du complot sont légions, et sans doute difficile à maitriser par les Autorités de la transition, au regard des diverses déclarations colorées d’acteurs politiques accentuant des réunions dans les coins et recoins de Bangui, probablement pour pousser la barque de Samba à la dérive.

En poursuivant des objectifs égoïstes, les Centrafricains donneront plus de raison à la Minusca et les forces européennes de prolonger leur durée dans le pays. Une situation que redoute l’opinion nationale toute entière.

Evelyn Moussa-Ly

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire