Mémorial de Jean Bedel Bokassa : 20 années passées, Bérengo renaît de cendres.

Kangi-ndara.info/ La 20e commémoration de la mort du feu Empereur Jean-Bedel Bokassa 1er a eu lieu le 03 novembre 2016 à Bérengo à environ 65 kilomètres de Bangui dans la Préfecture de la  Lobaye. La famille impériale et  leurs invités ont observé dans le calme et dignement ce mémorial.

bokassa_portraitL’impératrice Catherine Bokassa, le ministre de la Sécurité Publique et de l’Intérieur Jean-Serge Bokassa, les autres enfants Bokassa en uniforme ainsi que leurs invités venus de la capitale et des contrées centrafricaines ont, passé la nuit du 02 au 03 à Bérengo, ancienne Cour impériale de huit kilomètres sur huit, tant pillée par les soldats français de l’Opération Barracuda en 1979 avant d’être vouée à l’abandon par l’Etat centrafricain plusieurs années.

Des personnalités centrafricaines dont certains élus de la nation, natifs de la Lobaye, notamment Guy Moskyt, Steve Koba et bien d’autres ont  été aux côtés de la famille Bokassa. Le Gouvernement s’est fait représenter par le ministre résident de la Préfecture de la Lobaye Flavien Mbatta. Une représentation qui, de plusieurs avis, « est négligée » et «  n’a pas l’étoffe d’un régime dont la popularité a été solidement établie dans la Lobaye ».

Les cérémonies débutées à 09 heures locales ont pris fin à 03 heures de l’après midi. Aucun incident sécuritaire de nature à perturber la quiétude des habitants de Bérengo et de ses alntours. En revanche, quelques plaintes relatives au logement et au manger ont été émises par certains invités. En dépit de tout, le ministre Jean-Serge Bokassa s’est exprimé avec cérémonie en se félicitant de l’attention exprimée par ses compatriotes venus de diverses villes du pays et de l’étranger pour partager ce moment avec la Famille Bokassa.

Jean-Bedel Bokassa a rendu son dernier souffle le 03 novembre 1996 âgé de 76 ans sous les coups de feu des militaires hostiles au régime d’Ange Félix Patassé. Enterré dans des conditions les moins honorables, du jour au lendemain, la dernière demeure de l’ex Empereur de Centrafrique passe d’une simple sépulture à une chambre funéraire dite chalet grâce à la bonne volonté de l’ex-président François Bozizé qui avait réhabilité ce sanctuaire historique en 2010. Sous peu, le Mausolée Jean-Bedel Bokassa dominera la Cour Bérengo derrière l’imposante statué en bronze et son histoire enseignée à l’école aux nouvelles générations. Avec la montée politique séduisante de Jean Serge Bokassa, il n’est sans doute point de doute que Bérengo est entrain de renaître de ses cendres.

Kangbi-ndara 

Comments

comments




Laisser un commentaire