« Minuscaphobie » : les casques bleus camerounais priés de quitter la ville de Bocaranga

Kangbi-ndara.info/ Plusieurs centaines de femmes ont manifesté sans pudeur lundi 17 octobre à Bocaranga pour réclamer le départ immédiat des contingents camerounais de la Minusca dans la ville suite à l'assassinat crapuleux d'un douanier à Koui par des éléments de Sidiki.

minuscabbbLe sentiment anti Minusca aussi dit « Minuscaphobie » par quelque internautes centrafricains gagne réellement du terrain dan la capitale centrafricaine mais davantage dans l'arrière pays et très précisément dans la Préfecture d’Ouham-pendé où la population a vivement exprimé son ras-le-bol lundi dernier.

D’après les habitants de Bocaranga dans l’Ouham-péndé, les casques bleus camerounais déployés dans la ville sont de connivence avec la faction rebelle Retour réclamation et réhabilitation (RRR) de Sidiki, lequel se revendique le demi frère du Président Touadera. La semaine du 11 octobre les éléments de Sidiki ont tué un douanier centrafricain à Koui, localité située non loin de la ville de Bocaranga. La Minusca camerounaise se serait révélée indifférente à en croire les habitants de Bocaranga. Pour exprimer leur mécontentement et si possible pousser la Minusca à retirer ses troupes dans l’Ouham-péndé, plusieurs centaines e femmes ont manifesté pour la plupart à moitié nu devant la base des casques bleus.   Une manifestation soutenue par les hommes et jeunes de Bocaranga.

Il n’est point de doute que bon nombre de centrafricains ont une très mauvaise image de la Minusca depuis les trois derniers mois. Certains écorchent à dessein la Minusca pour Minudca (Mission des nations unis pour la déstabilisation de Centrafrique). Pour plus d’un, cette nouvelle appellation reflète au mieux la mission des casques bleus dans le pays. Le retrait de la Minusca accusée de complicité avec les ennemis de la paix, du ravitaillement en armes de certains groupes armés, du trafic des ressources naturelles et de viols sur des mineurs est demandé sur la majeure partie du territoire. Les autorités de Bangui feraient mieux de regarder dans la direction du peuple avant qu’il ne soit trop tard !

Bintala

Comments

comments




Laisser un commentaire