Mise au point :  » Les raisons qui m’ont poussé à participer à cette marche sont strictement personnelles », Christian Guenebem

Dans sa publication du 28 Septembre 2015 le journal en ligne kangbi-ndara.info avait publié l’information suivante : "En ligne de tête de la grande marche de ce 28 septembre 2015 marche pour exiger la démission de la Présidente Catherine Samba-Panza, marche ayant fait près de 10 blessés par balles à l’embrasure du palais présidentiel à Bangui, les grandes figures du parti travailliste centrafricain Kwa Na Kwa (KNK) de l’ancien président François Bozizé, notamment Olivier Gbangouma, capitaine de l’Armée centrafricaine et Christian Guenebem, secrétaire générale du KNK".

10628226_690112924397687_3827823910028185084_nJe viens par la présente dans un premier temps démentir l’information selon laquelle le KNK a été à l’initiative de cette marche. Toutefois, avant d’en dire davantage, je tiens à préciser que j’occupe la fonction de Porte-Parole du KNK et non celle de Secrétaire Général.

Comme tout jeune centrafricain, exaspéré par l’inertie des forces internationales lors des dernières violences et l’incapacité des Autorités de Transition à ramener la paix et la sécurité dans notre pays, j’ai pris part à cette marche pacifique spontanée qui d’ailleurs n’a, à ma connaissance, aucun leader.

Je suis un jeune centrafricain comme tout autre et j’ai la prétention d’affirmer que je suis un "patriote". Ce n’est pas à cause de mon engagement politique que je dois assister impuissamment à la descente aux enfers de mon pays. D’ailleurs il n’est écris nulle part que l’engagement politique est une tare.

Les raisons qui m’ont poussé à participer à cette marche sont strictement personnelles et n’engagent en aucun cas ni ma famille biologique ni ma famille politique.

Et même si par coïncidence, mon chemin a croisé celui de certaines personnalités dont les noms et figures en gênent plus d’un, cela ne saurait être une raison pour attribuer la paternité de cette marche à un quelconque parti politique ou à un quelconque mouvement.

Pourquoi ne pas parler des autres jeunes leaders appartenant à des partis politiques et dont je préfère taire les noms qui ont pris part à cette marche ? A qui profite l’incrimination systématique du KNK dans les divers troubles que connaît la RCA ? Pourquoi ne pas admettre tout simplement que des gens à qui une mission a été confiée ont tout simplement échoué ?

Aussi, en m’inclinant très respectueusement devant la mémoire de mes jeunes frères qui sont tombés à quelques mètres de moi sous les balles des forces onusiennes qui sont venues nous protéger et qui se retournent aujourd’hui contre nous, évitons de donner une connotation politique à ce mouvement pour ne pas manquer de respect à ces innocents qui ont donné leur vie pour la Nation.

Fraternellement et Patriotiquement. Christian GUENEBEM-DEDIZOUM

Comments

comments




Laisser un commentaire