Noureddine Adam s’allie à Boko Haram pour diviser la RCA

Le numéro deux de l’ex Séléka, Noureddine Adam, entretiendrait des relations avec des groupes terroristes dont Boko Haram pour morceler si possible la Centrafrique afin de venger la morts de ses trois frères.

Noureddine partD’après le rapport d’une enquête menée par l’envoyé spécial de Kangbi-ndara à Cotonou le week-end dernier,  Noureddine Adam est le seul, d’entre les leaders de la Séléka, qui s'entête  à poursuivre le plus loin possible le projet de la partition de la Centrafrique en deux (Est et Ouest). Il en a même fait une affaire personnelle parce que deux de ses frères auraient été tués par Bozizé et leurs corps auraient été plongés dans l'acide. Les corps auraient été photographiés et les photos lui seraient envoyées. Un autre serait tué lors du bombardement des français à Birao pendant les premières heures de la rébellion et un dernier serait arrêté récemment au soudan pour avoir poignardé un couple européen les prenant pour des français. D’une fratrie de 5 frères, trois sont tués et un en prison donc Noureddine Adam est le seul qui jouit de la vie et de la liberté. Digérant mal cette réalité, le numéro deux de la Séléka entretient depuis le mois de janvier 2014 une relation qui donne à réfléchir avec des individus au Niger et des éléments de Boko Haram du Nigéria.

Des sources proches de la Séléka rencontrée dans la capitale économique béninoise par notre journaliste ont laissé entendre que, Michel Djotodia serait indifférent sur cette question séparatiste. Par contre, l’ancien Président de transition en Centrafrique est plus préoccupé par le positionnement de ses parents et proches à des postes de responsabilité en Centrafrique. Pour cette raison et bien d’autres encore, il contacte en permanence la Présidente de la transition par intérim, Catherine Samba-Panza.

Même si les nouvelles autorités centrafricaines semblent peu réfractaires sur le projet sécessionniste de l’ex Séléka, cette information confirme doublement la menace de la partition évoquée par le Président français François Hollande le 28 février 2014 lors de sa visite impromptue à Bangui. Elle explique également le mobile de la provocation faite le 13 février 2014 par le groupe terroriste nigérian Boko Haram. Ce groupe terroriste a déclaré qu’elle attaquera manu militari les chrétiens de Centrafrique pour venger la mort de tous les musulmans tués dans les conflits armés en République Centrafricaine. Le 31 janvier, des ex combattants de la Séléka aminés par l’idée de la division ont plongé la ville de Sibut (Centre) dans le chaos. Ils ont planté dans cette ville un drapeau rouge, symbole de la sécession, pendant des heures avant de le déterrer à l’arrivée des forces MISCA et Sangaris.  

Kangbi Ndara




Laisser un commentaire