Obo : un élément des Faca mort étouffé au cours d’une brimade

Kangbi-ndara.info/ Le corps inanimé d’un élément des Forces armées centrafricaines (FACA) est arrivé ce 19 juillet 2018 à l’aéroport Bangui M’Poko. Le soldat formé à Béréngo par les instructeurs russes a été retrouvé raid mort ce matin dans un conteneur.  

Cette information vient d’une source fiable proche de la Minusca à Obo (extrême est). Une partie de brimade militaire pour indiscipline a couté la vie à un des Faca déployées dans cette ville centrafricaine. Le regretté se nommait Mackfoy.

Selon la source, sortie du camp un peu plus tôt, Mackfoy était rentré tardivement au camp en état d’ébriété. La mesure disciplinaire appliquée  consistait à passer la nuit dans un conteneur fermé à clé jusqu’au matin. Le matin ce n’était que le corps sans vie du soldat qui était retrouvé. Les vraies causes du décès ne sont encore connues mais l’hypothèse d’un étouffement faute d’oxygène est la plus probable selon notre source.

Le supérieur hiérarchique ayant  instruit cette létale punition s’est réfugié dans la base des casques bleus à Obo.

A Bangui, une source à la Minusca joint au téléphone cette soirée confirme l’information en ajoutant que le cadavre du militaire a été accueilli ce début de soirée à l’aéroport Bangui M’Poko par la ministre de la Défense Marie Noëlle Koyara.

Un cadre au ministère centrafricain de la Défense qui a requis l’anonymat indique que des mesures disciplinaires militaires suivront afin que le coupable comparaisse devant le tribunal militaire.

Le militaire disparu hier à Obo était un des Faca formées à Bérengo et ayant infligé une perte importante dans les rangs d’un groupe rebelle à l’entrée de la ville de Bambari (centre) le mois de juin dernier. L’entrée des Faca à Obo en juin 2017 a été un véritable triomphe.

Cette tragédie intervient dans un contexte où la République Centrafricaine peine à reconstruire son armée après l’affaissement total du pays causé par la prise du pouvoir en 2013 par la Séléka.

L’embargo sur les armes à destination de la Centrafrique n’est encore levé par le Conseil de sécurité de l’ONU. L’exemption de livraison d’armes par la Fédération de Russie a favorisé la formation de quelques 600 Faca en plus des 1300 préalablement encadrées par la mission européenne de formation des forces armées centrafricaines (EUTM RCA).

Le gouvernement ne s’est encore prononcé sur cette tragédie.

Kangbi-ndara




Laisser un commentaire