Occupation des résidences privées : les généraux centrafricains réfugiés à la FOMAC se plaignent

« Sortir mais pour aller où ? », s’interrogent les quatre généraux de l’Armée centrafricaine encore en lieu de refuge, à la base des Forces Multinationales de l’Afrique Centrale (FOMAC) dont les résidences sont actuellement occupées par des ex-rebelles de la Séléka à Bangui. Tous se plaignent de n’avoir pas actuellement un lieu d’habitation pour leurs familles si la FOMAC venait à les expulser du Camp.

occupationLe seul des quatre généraux qui a accepté de se confier à Kangbi-ndara.net est le Général de Division Jules Bernard Ouandé dont l’épouse a échappé de justesse  devant le canon d’une kalachnikov Séléka pendant une visite de leur appartement occupé aux 36 villas. «  Vous voulez qu’on sorte d’ici mais pour dormir dans les ronds-points ? Les Séléka occupent ma villa de Galabadja, ils ont dit que c’est le Chef de l’Etat qui leur ait autorisé à s’y installer. Celle des 36 villas aussi est occupée par un Général de la Séléka appelé Arda. Comment pourrions-nous quitter la MICOPAX  avec tous nos enfants? », s’inquiète Bernard Ouandé, voisin de M.Grezengue aux 36 villas.

Le domicile du Gle Mobebu et celui de M.Koyangbanda sont également considérer comme des butins de guerre par certains officiers Séléka. Ces cadres de l’armée se disent toujours inquiets même si la sécurité semble vraiment revenir dans la capitale. Pour exemple ils citent le cas récent du Colonel Alexis Naguezangba qui, patriotiquement, a répondu présent à l’appel de la reprise des fonctions de l’Etat Major mais qui serait  accusé et arrêté d’avoir facilité l’évasion des frères Sani Yalo. « Vous voyez ! », s’exclame J.B.Ouandé.

Selon la FOMAC, les quatre généraux et autres personnalités politiques du régime déchu qui se sont refugiées au Camp MICOPAX doivent  libérer les lieux d’ici peu. D’ailleurs, une tentative d’expulsion des refugiés du Camp FOMAC a été annulée à peine un mois faute de procédure légale.

Kangbi-ndara.net

 

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire