Opération terrain-réalité : macache, Elie Oueifio intervertit Bozoum et Paoua

Kangbi-ndara.info /  Celui qui humecte présentement le linge avant de le repasser avec pattemouille dans le nord centrafricain, au grand profit de Karim Meckassoua, ancien ministre d’Etat et candidat à la présidentielle à venir, est bel et bien Elie Oueifio, candidat aux législatives à Bossangoa (chef-lieu de la Préfecture de l’Ouham), Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Centrafrique en République Démocratique du Congo (RDC).

IMG_6041Ceux qui se targuent encore à penser que le nom de Abdou Karim Meckassoua n’est pas éligible en République centrafricaine en raison des conflits d’intérêts égoïstes et du pillage des ressources naturelles baptisés piteusement « crise interconfessionnelle », sans frôler le terrain pour mieux être situé, doivent se rendre à l’évidence de leur hurluberlu naïve à l’heure où les qualités humaines de ce centrafricain aux sentiments altruistes fédèrent les centrafricains à quelques mois des élections tel un aimant tombé dans un coffret de petits métaux.

Conséquence de l’ignorance du terrain

Par égard pour les futurs électeurs du Centrafrique, l’ensemble des dirigeants post transitoires devraient faire preuve de sérieux  quant à leur manière de se présenter au peuple ou de leur témoigner une attention particulière d’une manière ou d’une autre. Ils doivent aussi se contextualiser politiquement afin de banaliser la portée d’un geste si infime soit-il mais considérable quant à son expression. Ceux qui se dérogeront de cette approche s’attireront sans doute la désapprobation de l’ensemble, voir d’une partie non négligeable des personnes constituants les électeurs des futures autorités centrafricaines, à l’instar d’un grand parti qui vient d’essuyer la critique populaire cette semaine du 09 novembre 2015, là où le tandem Meckassoua-Oueifio s’incruste en grande pompe. C’est bien à Bozoum, à plus de 300 kilomètres de Bangui.

En effet, à Bozoum, d’après la population locale, le candidat à la députation d’un célébrissime parti politique dont Kangbi-ndara se réserve de divulguer le nom, pour ne pas entraver certaines libertés, a commis le 10 novembre dernier une bévue en remettant une « insignifiante et honteuse » enveloppe à la communauté des Eglises des Frères en échange de leur sympathie et soutien aux candidats de cette désuète  association politique.

IMG_6077D’après nos sources à Bozoum, la scandaleuse enveloppe ne contenait que la modique somme de 100.000 Fcfa, soit 65 euros, que le représentant dudit parti a remis en fanfaronnant qu’il émane du président de son parti, qui, pour une énième fois sera candidat à la présidentielle, (que le lecteur exerce son discernement). Quand bien même ce geste fût volontaire, il n’a pas été accueilli avec ferveur par les bénéficiaires  qui se révèlent méfiants et intransigeants pour X raison envers les initiateurs de ce bienfait en partage. « Le candidat du (…) était passé ici il y a deux jours et il a remis 100.000 Ffca à l’Eglise au nom de son président (…) Je me réserve de faire des comparaisons et le procès d’intention car  l’Eglise et les pasteurs n’ont rien demandé à qui que ce soit », indique Laurent Djim-Woei Bebeti, un membre du culte en français à l’Eglise des Frères de Galabadja 3 dans la capitale centrafricaine, rencontré à Bozoum deux jours après la réception de cette enveloppe.

Incontestablement, le parti politique dont nous occultons le nom dans cet article se rendra compte sur le terrain que la modestie en ce qui concerne « d’intéresser les électeurs » n’est qu’une partie de croc-en-jambe, d’où la mise doit être révisée pour mieux disputer la course sur un tartan familier au duo de choc Oueifio-Meckassoua.  

La gifle modèle

Du côté de nos deux rivières l’Ouhame et la Pendé, la forte impression a été bien naturellement celle donnée par le Directeur national de compagne (DNC) du candidat indépendant Abdou Karim Meckassoua qui s’est déplacé de Bangui à Bozoum pour non seulement témoigner le soutien de son candidat à l’évènement religieux rassemblant dans ladite ville plus de 1500 membres de l’Eglise des Frères venus de toute la République centrafricaine, mais aussi de lancer le message principal suivant : « même étant d’une autre confession musulmane, les orientations politiques de Meckassoua transcendent les clivages interconfessionnels ».

Une liasse de coupures de 10.000 Fcfa à hauteur de 2.000.000 Fcfa a été publiquement remise à la communauté des Eglises des Frères réunis à Bozoum du 10 au 14 novembre 2015 avec cette précision : « C’est un geste de votre frère Karim Meckassoua ». Un geste habilement et humblement posé par le DNC Elie Oueifio qui, à ce jour, a transmis un message convainquant ainsi toute l’assistance qui s’est livrée délibérément à des commentaires comparatifs très hostiles au parti qui avait remis 100.000 Fcfa dans les mêmes circonstances. Cet acte positif posé par le tandem Meckassoua-Oueifio est semblable à une claque donnée sur la joue de ceux qui, d’aventure, ne ménagent pas leur monture et qui se trouvent furtivement sur « le Chemin de l’Espérance » laborieusement tracé par le Rassembleur Karim Meckassoua.

« C’est un geste d’amour et de fraternité très significatif que vient de nous témoigner nos frères Karim Meckassoua et Elie Oueifio. Vous avez remarqué que toute la salle a applaudie. Cela veut dire que les gens sont contents et que ce geste a été bien accueilli », laisse entendre le pasteur-ancien Serano Demfio de l’Eglise des Frères de Galabadja 3 qui a présenté ce jour un brillant exposé à la fois théocratique, historique, civique et politique sur les vicissitudes de la division mettant en péril le vivre-ensemble en République centrafricaine.

In fine, le respect, la  considération, l’amour, la volonté de rupture et de transformation et la détermination de ceux qui aspirent diriger le Centrafrique à l’avenir ne doit pas se résumer qu’aux vains mots mais plutôt aux faits. C’est ce qu’une bonne partie des habitants de Bozoum affirment comprendre après l’arrivée dans leur ville de l’équipe de Karim Meckassoua. Il est à souligner que M. Elie Oueifio sera candidat pour les législatives, tandis que Karim Meckassoua candidat à l’élection présidentielle.

Ci-dessous le message du Candidat Abdou Karim Meckassoua à l’Eglise des frères de  Bozoum.

 

DIRECTION NATIONALE DE CAMPAGNE                            REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

     DU CANDIDAT INDEPENDANT                                 Unité – Dignité – Travail

          Karim MECKASSOUA                                                     ******

            **************

MESSAGE DE MONSIEUR ELIE OUEIFIO

A LA CONFERENCE DES PASTEURS A BOZOUM (OUHAM-PENDE)

****************

 

  • Révérands Pasteurs, Membres du Bureau Exécutif de l’Union des Eglises Evangéliques des Frères ;
  • Révérands Pasteurs, Membres du Bureau de la Conférence Générale des Pasteurs des Eglises Evangéliques des Frères ;
  • Révérands Pasteurs de l’Union des Eglises Evangéliques des Frères ;
  • Grands Ministres de Dieu,

En ayant le privilège et l’honneur de prendre la parole devant votre auguste assemblée, je voudrais avant toute chose, rendre grâce à l’Eternel Dieu, le Très Miséricordieux, pour avoir autorisé et béni la tenue de cette assise et, pour avoir pris le contrôle de tous les déplacements en ces temps si difficiles.

Je voudrais ensuite, remercier du fond du cœur et au nom de celui qui m’a envoyé, le Frère Karim MECKASSOUA, le Secrétariat Administratif de l’Union pour la diligence faite à la demande par moi formulée, aux fins d’obtenir quelques minutes de paroles au cours de cette présente conférence.

Je voudrais enfin, remercier l’ensemble des Pasteurs ici présents pour le temps d’écoute qu’ils voudraient bien m’accorder et, à travers eux, l’ensemble des fidèles de leurs Eglises respectives à qui, ils traduiront l’essentiel du message une fois de retour.

En effet, informé de la tenue de cette conférence au cours des annonces faites par l’Eglise Cité des Martyrs le 1er Novembre 2015, j’en ai immédiatement fait part à Monsieur Karim MECKASSOUA avec qui, nous partageons les mêmes préoccupations quant au devenir de ce pays que Dieu nous a donné en héritage au téléphone.

Monsieur Karim MECKASSOUA aurait bien voulu personnellement établir les contacts et faire le déplacement de Bozoum, mais, retenu par un voyage à l’étranger, il m’a fait l’honneur de le représenter parmi vous et de vous remettre sa requête que vous voudriez bien soumettre à l’Eternel Dieu le Créateur, le Maître du Pouvoir.

Mais, avant de vous livrer cette requête, je voudrais avec votre permission Révérands Pasteurs, très succinctement vous situer sur la personne qui m’envoie vers vous, sur celle qui vous parle en ce moment et sur ce qui unit Monsieur Karim MECKASSOUA et Elie OUEIFIO.

1°- Qui est Monsieur Karim MECKASSOUA ?

Tout en laissant la primeur à Monsieur Karim MECKASSOUA de se présenter avec élégance le moment venu, je voudrais simplement souligner, qu’il est Centrafricain, né au Km 5, grandit en Centrafrique où il fit toutes ses études primaires, secondaires et universitaires. Il fut Directeur de Cabinet du Premier Ministre Jean Paul NGOUPANDE du temps du Président Ange Félix PATASSE (Paix à leurs âmes).

        Avec le sursaut patriotique du 15 Mars 2003, le Président François BOZIZE dans son premier discours à la nation, soulignait en passant, que personne, ni son épouse, ni ses enfants n’était au courant de son départ de Paris pour la République Centrafricaine sauf Monsieur Karim MECKASSOUA.

        Ii occupa alors sous les régimes du Président BOZIZE, les postes de Ministre Directeur de Cabinet, Ministre d’Etat aux Affaires Etrangères, Ministre d’Etat à l’Education Nationale, Ministre d’Etat à la Poste et Télécommunication et des Nouvelles Technologies. Il est important de savoir que son départ d’un Département était le fruit des actions croisées des manipulateurs politiques qui font toujours tomber les Chefs d’Etats en Centrafrique.

        Monsieur Karim MECKASSOUA est marié à une fille de l’Ouham Pendé qui abrite la présente conférence, précisément de la ville de Paoua. Il croit en Dieu à travers le Prophète MOHAMED. Il est musulman pratiquant.

Qui est la personne qui vous parle ?

        La personne qui vous parle est votre collaborateur, le Diacre Elie OUEIFIO de l’Eglise Evangélique des Frères Cité des Martyrs à Bangui.

Il est ancien Secrétaire Général de l’OCEAS (Organisation des Chrétiens pour l’Evangélisation et l’Action Sociale), ancien Président du CRAU (Comité de Réflexion et d’Action pour l’Union) et Consultant National de l’USEEF (Union des Sœurs des Eglises Evangéliques des Frères).

        Dans le domaine de César, il fut successivement Instituteur, Conseiller Pédagogique, Chef de Cabinet, Directeur des Droits de l’Homme, Préfet, Directeur de Cabinet, Ministre de l’Administration du Territoire, Secrétaire Général du KNK, Ministre Secrétaire Général à la Présidence, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Centrafricaine en République Démocratique du Congo.

        Comme Karim MECKASSOUA, il a été victime des Manipulations qui lui ont valu la mise en disgrâce de 2011 à 2012. De même, rappelé par le Président BOZIZE en Octobre 2012, il n’a pas pu être reçu pendant cinq (05) mois jusqu’à l’entrée des Séléka à cause des manipulateurs.

Qu’est ce qui unit Karim MECKASSOUA et Elie OUEIFIO ?

        Messieurs Karim MECKASSOUA et Elie OUEIFIO sont unis par leurs visions communes sur le devenir de la République Centrafricaine suivant Jérémie 29 verset 7 et 11. La pratique de la droiture et la recherche de la justice sont leurs partages qui les conduisent vers la refondation de :

l’unité de Dieu suivant :

  1. Genèse 18 :18-19 « Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre.

Car je l’ai choisi, afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison après lui, de garder la voie de l’Eternel en pratiquant la droiture et la justice et qu’ainsi l’Eternel accomplisse en faveur d’Abraham la promesse qu’il lui a faite »

  1. Genèse 25 :8-9 « Abraham expira et mourut, après une heureuse vieillesse, âgé et rassasié de jours, et il fut recueilli auprès de son peuple.

Isaac et Ismaël, ses fils l’enterrèrent dans la caverne de Macpèla, dans le champ d’Ephron, fils de Tsochar, le Hethien, vis-à-vis de Mamré »

  1. 2 Chronique 19 :11 « Et voici, vous avez à votre tête Amaria, le souverain Sacrificateur pour toutes les affaires de l’Eternel et Zebadia, fils d’Ismaël, Chef de la maison de Juda pour toutes les affaires du Roi, et vous avez devant vous les lévites comme  Magistrats. Fortifiez-vous et agissez, et que l’Eternel soit avec celui qui fera le bien ».

 l’unité du peuple Centrafricain jadis.  

L’un est musulman, l’autre est chrétien cadet d’un Iman et aîné d’un Prêtre mais, les deux ne voient et ne considèrent que ce qui doit et devra être fait pour le bonheur et le mieux être du pays et du peuple Centrafricain qui continue de périr faute de connaissance selon Osée 4 :1.

        Ceci étant, Révérands Pasteurs,

        Monsieur Karim MECKASSOUA, votre fils, votre frère m’a chargé de venir vous confier son projet de candidature aux prochaines élections Présidentielles afin que vous le soumettiez à Dieu à qui, appartient le Pouvoir tel que révélé dans Daniel 4 :17.

        Il est fortement convaincu que sans vos soutiens par les prières et sans la coopération de Dieu, toutes actions politiques seront vaines et le peuple de Dieu ne gouttera pas le bonheur qu’il lui a réservé en Centrafrique. A travers vos prières, le Seigneur inclinera le cœur des Centrafricains sur des hommes qui le craignent et qui aiment leur pays pour les mettre à la Présidence et à l’Assemblée Nationale.

        – Révérands Pasteurs,

        – Grands Ministres de Dieu,

        Je ne terminerai pas cette communication sans vous donner le témoignage du message que le Seigneur m’a envoyé le mardi 03 Novembre 2015, alors que je m’apprêtais à aller rencontrer le Secrétaire Administratif, le Révérand Pasteur BAVON à BEN VI, en vue de lui faire part de l’intention de Monsieur Karim MECKASSOUA.

        C’est au moment de quitter la maison qu’un homme de Dieu, ici présent parmi vous, le Révérand Pasteur REGUE, m’apporta un livre titré « Notre Pain Quotidien » de 1993. Et, le pain du 03 Novembre 1993 concernait le « Vote d’un mulet » tiré des épitres de Paul aux Romains 13 :1.

        Sans vouloir altérer la pensée de l’auteur, je vous retranscris fidèlement ses commentaires.

Mercredi 3 novembre                                         lisez Romain 13.1-7

ELECTION D’UN MULET

(…) les autorités qui existent ont été instituées de Dieu            Romain 13.1

En 1883, dans la ville d’Allentown, au New Jersey, un Indien en bois comme ceux qu’on pouvait voir dans les devantures des tabagies-fut proposé comme candidat aux élections du juge de paix. On l’inscrivit sous le nom fictif d’Abner Robbins. Quand les bulletins de vote furent comptés, Abner avait remporté les élections avec sept voies de plus que Sam Davis.

Une chose semblable se produisit en 1938. Le Boston Curtis apparut sur la liste électorale d’un membre du comité républicain de Wilton dans l’Etat de Washington. En fait, Boston Curtis était un mulet. C’est le maire de la ville qui commanditait l’animal, afin de démontrer que les gens sont très peu renseignés sur les candidats. Il prouva son point. Le mulet avait gagné !

De tels résultats d’élection ne semblent pas tellement exagérés quand on songe que bon nombre d’électeurs prennent rarement le temps de se renseigner sur les candidats : leurs principes moraux, leur philosophie politique et leur position sur des questions vitales.

NB. : L’Apôtre Paul dit : « les autorités qui existent ont été instituées de Dieu », mais nous qui vivons dans des pays où le peuple élit ses dirigeants, nous pouvons avoir notre mot à dire sur ceux qui rempliront les mandats du Seigneur. Prenons donc ce privilège au sérieux. Nous devons en apprendre le plus possible sur les candidats, prier pour la décision que nous devons prendre et voter avec sagesse. Il serait embarrassant d’apprendre que nous avons voté pour un mulet.

PENSEE : Les bons chrétiens sont de bons citoyens.

Ce témoignage constitue pour moi, fidèle et loyal messager ayant choisi de soutenir la candidature de Karim MECKASSOUA en tant que Directeur National de Campagne et moi-même, candidat aux législatives à Bossangoa 1, une confirmation que Dieu est en train d’opérer de bons choix de nouveaux dirigeants en Centrafrique afin que l’Evangile puisse prospérer et s’épanouir pour la transformation positive du pays.

        Je vous remercie Révérands Pasteurs pour le temps qui m’a été accordé et pour avoir accepté de recevoir la requête de celui qui m’a envoyé, Monsieur Karim MECKASSOUA.

        Que Dieu bénisse puissamment et richement la suite de vos travaux et qu’il soit avec vous au retour comme il l’a fait à l’aller.

        Merci beaucoup. (AMEN !)

                                       LE DIRECTEUR NATIONAL DE CAMPAGNE

                                                       Elie OUEIFIO

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire