Ozagin et Mandjeke se prononcent sur la situation du pays

Les deux étoiles centrafricaines du monde de l’art Gone Yvon Cyrille artistiquement appelé Dr Mandjeke et Jean Paul Mbele alias Ozagin d’amour se prononcent sur la situation chaotique de la République Centrafricaine après l’avènement du Président Michel Djotodia. De chœur les deux artistes souhaitent que la paix revienne et que les centrafricains prennent conscience pour la reconstruction de la Centrafrique.   

DSCF2504Interrogés individuellement par kangbi-ndara.net le 07 mai sur leurs projets artistiques en vue et sur  le revers de la normale que vivent les centrafricains depuis près de deux mois suite au changement politique intervenu en Centrafrique  le 24 mars derniers, Ozagin et Mandjeke ne recommandent pas plus que la paix et la prise de conscience individuelle.

Mandjeke : «  J’ai prévu un moi  avant le changement du 24 mars  un spectacle au mois d’avril sur la paix et la réconciliation sur ce que vivent de nombreux centrafricains lié sur le social des centrafricains en proie aux récentes crises.

Le changement a affecté sur la population et le monde artistique centrafricain. Nos fans ont également abdiqué aux rendez-vous artistiques que j’avais prévus pour le mois d’Avril. Donc je suis obligé de tout changer pour utiliser un  autre moyen afin de faire passer le message conçu préalablement.  Le moyen utiliser est la comédie musicale par ce que les radios nationales peuvent relayées l’écho même si l’artiste n’a pas de moyen de production. Voila pourquoi je sors ce single intitulé « Centrafrique pays de paix » avec mes propres moyens.

Un pays sans artiste n’est pas un pays, par ce que les artistes doivent apporter la joie et éduquer, conscientiser et sensibiliser la population. Une bonne raison de sortir de l’inactivisme afin de contribuer à la consolidation de la paix en Centrafrique.

Je viens par là de faire un premier pas et je veux pousser un  plus ma vision en organisant de nombreuses projections artistiques dans les 16 préfectures centrafricaines pour ramener les populations en fuite à revenir vaquer à leurs occupations dans la quiétude ».

Ozagin : « Depuis Boganda jusqu’a Djotodia la RCA  n’a pas connu une élection démocratique. Ils n’utilisent que des raccourcis pour prendre le pouvoir(les armes). Moi Ozagin ; je demande aux assoiffés du pouvoir centrafricains qui ne veulent qu’acheter des armes pour prendre le pouvoir en Centrafrique : qu’est ce qui ne va pas depuis plus de cinquante ans pour que ceux-ci ne fassent que le retour aux armes afin d’accéder au pouvoir ?

Pourquoi quand un sujet conspuant prend le pouvoir n’arrive jamais à corriger les erreurs de son précédent ? Finalement qui prendra le pouvoir pour définitivement changer ce que ces prédécesseurs ont fait ?

Les centrafricains sont habitué à la famine mais les crépitements des armes ne feront rien avancés. Je suis apolitique et artiste musicien centrafricain. Ce qui m’attriste c’est le fait que nous venons de par les récents  avènements de perdre bon nombre des futures cadres de demain. Beaucoup de mère de famille sont devenues des veuves et une pléthore de jeunes sont actuellement handicapés. Si tout les centrafricains veulent devenir des présidents ; qui deviendra directeur général d’une société demain? La paix ne s’achète pas. Moi Ozagin et l’ensemble des artistes centrafricains ne voulons que la paix en Centrafrique ».

 

 

                                                                                   




Laisser un commentaire