Paoua : l’équipe de soutien à la candidature de Meckassoua au chevet d’une miraculée du village Béndéré

Kangbi-ndara.info / Dans le cadre de la mission de reconnaissance du terrain initiée par la Direction nationale de compagne du candidat indépendant à la présidentielle prochaine, Abdou Karim Meckassoua la semaine du 09 novembre dernier, l’équipe de cette mission a assisté et recueilli le témoignage émouvant d’une jeune mère grabataire criblée de 6 balles dans différentes parties de son corps. Les rebelles centrafricains retranchés à la frontière centrafricano-tchadienne en sont responsables mais, en dépit de plusieurs blessures la victime a la vie sauve.

IMG_6205Sévérin Bodero est assistant logue des Médecins sans frontière (MSF) à l’Hôpital de Paoua. Il est celui qui, volontiers accepte de rapporter la cruauté vécue par Géneviève Assayang, le 11 novembre dernier au village Béndéré, dans l’impossibilité de quitter son lit ni de parler en raison de ses profondes blessures suite à l’irruption brutale d’individus qu’elle identifie comme des ex-combattants de l’ex-Séléka abritant la frontière tchadienne depuis la perte du pouvoir de Michel Djotodia en janvier 2014.

D’après les faits racontés par le personnel soignant cité ci-dessus, les assaillants venus du Tchad ont attaqué par surprise le village Béndéré dans l’objectif de tuer tous les hommes qui s’y trouvent car disent-ils : « ce sont nos ennemis ». Ne trouvant pas les hommes surplace, les rebelles ont jeté leur dévolu sur les femmes contraintes à l’immobilité dans ledit village. C’est ainsi que Géneviève et sa fille âgée de trois mois étaient, planquées dans un toit de chaume ont failli être calcinées par le groupe des malfaiteurs. Pris de panique et détectant l’intention des bourreaux, la jeune mère a jugé salvatrice de quitter sa cachette au risque des balles. Cette décision lui a valu et sa fille la vie sauve même si elle a essuyé des tirs nourris d’armes d’assauts l’infligeant 6 blessures à parties supérieures et inférieures de son corps. L’œil gauche du bébé s’est enflé considérablement du fait que la maman atteinte d’une balle dans la jambe droite, en pleine fuite, est tombée de tout son poids sur la petite fille. La jeune mère et le nourrisson ont été secourus par d’autres femmes courageuses du village qui les ont conduites précipitamment à l’Hôpital de Paoua où elles bénéficient des soins depuis le 12 novembre 2015.

Informée de cette triste vécue, l’équipe de soutien au candidat Karim Meckassoua, au gouvernail du Directeur national de compagne (DNC) Elie Oueifio, en mission dans la localité n’a ménagé d’aucun effort pour se rendre au chevet de ce brave jeune mère victime d’une atrocité barbare dont elle n’a certainement pas connaissance des réelles causes.  

Par ailleurs, il est à souligner que par constatation, Paoua est de fait l’unique ville centrafricaine où le vivre-ensemble entre chrétiens et musulmans ne souffre d’aucune ambiguïté depuis le début des manipulations visant à alimenter les violences interconfessionnelles sur la quasi-totalité des villes internes. C’est aux alentours de ce « carrefour économique » notamment à Bozoum et Bossangoa qu’aborder la question de cohabitation entre les deux communautés religieuses  reste pour l’heure un tabou. 

Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire