Péninsule Constitutionnelle : vers le crépuscule d’une hérésie érotique ?

Kandara.info/ Les Autorités centrafricaines n’en reviennent toujours pas des révélations de la presse sur certaines fréquentations dites « scélératesses » de la présidente de la Cour Constitutionnelle Danielle Darlan et les flétrissures qu’elles pourraient laisser au fil du temps. Conséquence, le pouvoir de Bangui s’éloignerait peu à peu de cette illustre femme aux qualités professionnelles remarquables.

En Afrique occidentale ce proverbe est d’usage commun: «  Si les batteurs de mille se cachent mutuellement les poils des aisselles, le mil ne sera pas propre ». Cette maxime ne trouve-t-elle pas son application du côté de ceux qui suent à grosse goutte pour ne pas offrir des nuits de tourments mais de repos aux générations futures de Centrafrique ?

A ce jour en République Centrafricaine, même si de l’avis d’un grand nombre le greluchon de Madame Darlan ne représente pas un véritable danger pour le régime démocratique du Président Faustin Archange Touadera que d’autres « pouvoiristes »  de Bangui, avec les révélations de la presse sur les liens qui l’unissent à la présidente de la Cour Constitutionnelle de Centrafrique et les ambitions politiques qui iraient avec, le climat ne semble pas du tout clément pour Mme Danielle Darlan.

Si à des tierces personnes Mme Darlan affirmerait ces derniers temps jouir du soutien du Président Faustin Archange Touadera et de son Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, d’autres voix contraires proches des deux têtes de l’Exécutif s’élèvent pour infirmer cette approche en indiquant que pour l’heure la présidente de la Cour ne tiendrait que sur le fil du rasoir. Pour soutenir cette allégation, ces voix autoritaires anonymes ajoutent qu’après l’avalanche déclenchée par la presse ce début de mois de décembre sur Dame Darlan, cette dernière chercherait par tous moyens à rencontrer le Chef de l’Etat, ce dernier éviterait.

Sachant précisément d’où proviendraient les charges nucléaires par médias interposés, Mme Darlan aurait sans doute trouvé la stratégie adaptée qu’est de refuser tout débat sur la question et plausiblement de politiser l’intention originelle des diatribes en n’y mêlant l’ensemble de la Cour Constitutionnelle.

D’aucuns persistent de savoir pourquoi Mme Darlan ne répond-t-elle pas toujours au coup de pied de l’âne pour préciser le mobile de sa visite rendue à l’Ancien Chef d’Etat de Transition Michel Djotodia à Cotonou au Bénin, de faire mention de ses rôles passéistes dans l’APRD de Jean-Jacques Demafouth ainsi que de son militantisme traçable au sein du parti RDC du feu Président André Kolingba ? Cette tentative d’entraîner la Cour dans une bataille objective ne s’est-elle pas manifestée par le récent déplacement à l’Assemblée Nationale et dans la déclaration radiodiffusée ? La Cour aurait elle aussi des liens avec l’APRD, le RDC et certains présumés justiciables de l’ex Séléka ?

Il est fort possible que Mme Darlan, de toute cette machination par l’entremise de la presse, soupçonnerait le pouvoir d’avoir quelqu’un acquis à sa cause. Ce qui est bien loin d’être le cas. Toutefois, plusieurs personnalités centrafricaines ne cessent d’en rajouter ce qu’elles affirment être des témoignages probants soutenant le fondement des révélations partielles ou totales de la presse nationale.

Mme Danielle Darlan fait l’objet de plusieurs pamphlets de la presse nationale qui friserait une sorte d’harcèlement qui ne dit son nom depuis le début de ce mois de décembre. Les relations qu’elle entretiendrait avec certaines personnalités centrafricaines poseraient problème présentement en raison des charges liées à ses hautes fonctions. Plusieurs médias se sont vus sanctionner pour avoir relayé sans coup férir dans leurs colonnes des articles portants atteintes à la vie privée de la présidente de la Cour Constitutionnelle de Centrafrique.

Fort du tintamarre médiatique, est-ce pour l’heure fortuit de prétendre à l’imminence du déclin de Dame Darlan ? Que renferme ce proverbe africain : « le sang qui doit couler ne passe pas la nuit dans les veines » ? Dame Darlan a-t-elle passée des nuits après ces révélations ?

Kangbindara




Laisser un commentaire