Pétition de destitution au HCC : Edith Isabelle Vackat au cœur d’un complot ourdi

Kangbi-ndara.info/ Montée de tension au Haut conseil de communication (HCC). Une pétition de destitution de la vice-présidente du, Edith Isabelle Vackat, est signée par cinq Hauts conseillers sur sept. Cette procédure enclenchée fait remonter en surface la montagne d’intrigues sur lesquelles se repose cette quatrième institution de la république.

La pétition dénonce l’incompétence d’Edith Isabelle Vackat, son incapacité à pouvoir suppléer José Richard Pouambi, président en exercice du HCC son caractère reprochable et placé en dessous des soupçons.

Selon la pétition, Edith Isabelle Vackat porte gravement atteinte à l’image et au bon fonctionnement de notre institution pour les motifs ci-après : « Incapacité à pouvoir annoter correctement les dossiers administratifs et à organiser les réunions du bureau conformément à vos dernières instructions ; immixtion dans les affaires internes des organisations professionnelles des médias (OPM) et mécontentement de certains responsables desdites organisations ; manque de respect à l’endroit de ses collègues Hauts Conseillers ; dispute publique avec quelques-uns de ses collègues Hauts Conseillers au siège du HCC, en présence du personnel administratif ; cupidité gravissime à privilégier ses seuls intérêts au détriment de ceux du HCC ; traitement inadmissible infligé au personnel administratif du HCC comme à ses sujets  et non justification d’importantes sommes d’argent du HCC gérées ».

Pour les motifs ci-dessus, les cinq conseillers signataires de cette pétition – notamment Vincent Namrona, Inès Raïssa Kamagnawode, Blandin Songuel, Lydie Euloge Mbellet-Kou,dja et Nellie Yapande – invitent le président José Richard Pouambi à convoquer dans la première quinzaine du mois en cours, une  session extraordinaire en vue de la destitution d’Edith Isabelle Vackat de son poste de vice-présidente et de l’élection de son successeur.

Le président Pouambi ne se retrouvant pas dans les motifs évoqués par ses collègues, en raison du caractère relatif de l’appréciation que chaque membre du bureau apporte au travail des uns et des autres, n’a pas signé cette pétition. Il estime qu’en tant qu’institution le problème soumis à la presse par certains de ses collègues pouvait se régler autrement en interne.

Edith Isabelle Vackat, désignée Haute conseillère au HCC par l’Assemblée nationale, voit en cette pétition l’expression de la mauvaise foi de ses collègues dont certains sont responsables des détournements de fonds destinés aux acteurs des médias nationaux.

Une évidence, les accusations portées contre Edith Isabelle Vackat souffrent de manque criard de preuves.

A en croire les coulisses du HCC, le complot ourdi contre Edith Isabelle Vackat porte la signature du Haut conseiller Vincent Namrona qui entraine avec lui le reste des conseillers. José Richard Pouambi aurait pendant la transition fait plusieurs fois les affres du Haut conseiller Blandin Songuel. Les mêmes sources d’ajouter que Edith Isabelle Vackat est devenue la cible de ses collègues pour avoir initié et le projet de sensibilisation contre l’incitation à la haine financé par la MINUSCA.

De très bonnes sources proches de la conspiration au HCC, le président José Richard Pouambi a procédé ce lundi matin à l’audition de certains signataires de la dite pétition qui s’illustre à de fausses flammes. L’Observatoire des médias centrafricains (OMC) et l’Association des femmes juristes de Centrafrique (AFJC) ont tour à tour effectué des descentes au HCC ce lundi en mi-journée pour fustiger la méthode employée par les cinq Hauts conseillers conspirateurs.

Il convient de rappeler que le HCC est une institution indépendante non pris en compte par la Fonction publique. Aussi, aucune sanction disciplinaire n’est prévue par les textes statutaires et réglementaires du HCC. Pour ce vide juridique ayant profité à Blandin Songuel quand il défonçait la serrure de son bureau aux heures non autorisées pour soustraire certains dossiers afin d’échapper à la Cour des Comptes pendant la transition, il est fort probable que cette pétition tienne de non-lieu.

Au su des dossiers dormants au HCC, en mettant le feu à la ruche, les Hauts conseillers signataires de la pétition risquent fort de se faire piquer.

Kangbi-ndara

 




Laisser un commentaire