Pour la diplomatie allemande, «l’indifférence n’est plus une option»

4358303_7_67ae_la-ministre-de-la-defense-ursula-von-der-leyen_26f21a3eba5ce0ff2016e5ee44e2c443L'Allemagne est prête à prendre davantage sa part à la résolution des crises internationales. Tel est le message qu'ont voulu faire passer, vendredi 31 janvier, le président de la République Joachim Gauck puis la ministre de la défense, Ursula von der Leyen (CDU), en ouverture de la conférence de Munich pour la sécurité. Celle-ci réunit jusqu'au dimanche 2 février plusieurs centaines de diplomates et de responsables militaires du monde entier, dont le secrétaire d'Etat américain John Kerry, son homologue russe Sergueï Lavrov et le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius.

« L'indifférence n'est pas une option pour l'Allemagne. (…) L'Allemagne est prête à élargir son engagement », a affirmé en anglais Ursula von der Leyen qui, depuis sa nomination en décembre 2013, jouit du statut de possible dauphine d'Angela Merkel. La ministre a notamment cité le Mali : dans le Spiegel du 26 janvier, elle indiquait que le nombre de soldats présents dans le pays pourrait passer de 99 actuellement à 250. Un chiffre supérieur au mandat délivré par le Bundestag : 180. Concernant la Centrafrique, Ursula von der Leyen s'est montrée plus prudente, indiqu…

(la suite sur le monde.fr)

Comments

comments




Laisser un commentaire