Pourrissement politique: Sarandji l’indétrônable Premier ministre du quinquennat Touadera ?

Kangbi-ndara.info/Le Premier ministre centrafricain, Simplice Mathieu Sarandji ne voit aucune raison de remanier le gouvernement dont il en est le chef depuis plus d’un an. Il se serait dit satisfait du travail fournit par l’ensemble des membres de son gouvernement malgré des couacs décriés par l’opinion nationale.

La réaction de Sarandji est officieuse. Elle est rapportée à Kangbi-ndara par une source proche de la Primature centrafricaine qui requiert l’anonymat.

Selon la source anonyme, le Premier ministre se veut le joker de son ami « Faustin » et n’accepte pas de faire souffrir l’amitié créée depuis un an avec les membres de son gouvernement en miroitant au Chef de l’Etat les qualités d’un équipage gouvernemental productif et orienté sur le cap du progrès.

A en croire une autorité politique centrafricaine que Kangbi-ndara occulte le nom, ce satisfécit  « dénué de toute sincérité »  est « nauséabond » et explique la lourdeur répugnante du système politique en place.

 « Ce géographe induit le Président en erreur. En maintenant cette fébrile équipe il enterre peu à peu l’avenir politique de son ami. Touadera peut ramer à contre courant, peut-être en gardant son copain de longue date mais la barque infeste de ministres éjectables », commente la source.

La provenance de cette information de poursuivre que le chef du gouvernement centrafricain manquerait de lucidité en soutenant un gouvernement dont certains sont ministres et directeurs de publication des éditions  (NDLR, allusion faite au magazine spécial consacré à l’an un du Président Touadera truffé de contres vérités et de manipulation d’images dont le ministre Théodore Jousso en est le Directeur de Publication secondé de la vielle recette Henri Pascal Bolanga. Le magazine a été brulé dans son ensemble au palais de la République) et d’autres des stars de pornographie virtuelle (NDLR,la sextape du ministre Mboli Fatrane).

De quelques avis à Bangui, il n’est point de doute que Sarandji ne voudrait pas rendre son tablier de Premier ministre.

La position de Sarandji explique-t-elle le mobile des moyens conséquents fournis par l’Exécutif pour faire revenir les députés de leur volonté de destituer le Gouvernement par la motion de censure ? Sarandji va-t-il resté Premier ministre avec toute son équipe le long du quinquennat Touadera ? N’est-ce pas à cause de ce gouvernement aux paradigmes confus que la côte de popularité du Chef de l’Etat soit drastiquement en baisse à Bangui dans tout le pays ? Touadera va-t-il, au nom de l’amitié, soutenir le baril Sarandji jusqu’à écroulement complet ?

Le peuple roi attend avec grande impatience la mise en exécution de l’agenda présidentiel afin que les choses bougent réellement dans le bon sens.

Peut-être que le dynamitage du gouvernement actuel calmerait les ardeurs de certains justiciables alliés aux groupes armés et effrayés par l’institutionnalisation de la Cour Pénal Spéciale (CPS).

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire