Présidentielle 2015 RCA : six candidats, six déclarations passées au crible

Kangbi-ndara.com / Nos commentaires relatifs aux déclarations et interviews des candidats à la présidentielle 2015 en République centrafricaine.

Laurent GOMINA PAMPALI (UNADER)

Laurent-Gomina-pampali

Expérimenté comme il le dit dans sa déclaration, après plusieurs actes de transhumance politique, le leader de l’UNADER aurait dû cibler la base qui n’est autre que les populations vivant dans nos provinces et qui sont exposées à tous les dangers que de traiter avec des syndicats qui ne représentent qu’une minorité au niveau de l’électorat. Cela explique qu’une fois arriver au pouvoir, la base sera des laisser-pour-comptes.

 

 

Eddy Symphorien KPAREKOUTI (PUR)

DSC01182Le candidat de PUR qui a une agence à Tanzanie au lieu de la créer en Centrafrique pour aider la jeunesse qu’il compte défendre ne rêve qu’au plan Marchal comme Martin Ziguélé du MLPC. Il aurait dû commencer à installer son agence à Bangui pour démontrer son patriotisme. Et comme il a si bien déclaré, comment le PUR qui vient de naître pendant la transition a pu avoir tous ses moyens financiers et matériels pour réaliser son programme ? That ‘s the question…

Notre armée est en déconfiture depuis qu’elle a été ethnique et politique ( de 1981 à 2013). Le candidat Eddy Symphorien KPAREKOUTI semble ne pas avoir des stratégies pour la reconstruire et la rendre purement nationale.

 

 

 

 

 

Jean Michel MANDABA (PGD)

Michel Mandaba« l’heure est venue de retrousser les manches et prouver à mes anciens adversaires politiques ce dont ce nouveau parti est capable».

Cette déclaration n’est celle autre que pour un va-t-en-guerre. Il serait mieux de présenter un programme fiable pour la paix et l’amélioration des conditions de vie de la population. Surtout que ce candidat a milité dans un grand parti de la place comme secrétaire général et qu’il n’est autre que son produit. Après avoir servi la nation en sa qualité de ministre du MLPC, KNK et au gouvernement séléka de Michel DJOTODIA, l’on s’interroge qu’est-ce qu’il fera de mieux si son parti le PGD créé nouvellement accédera à la magistrature suprême de l’Etat.

 

 

 

 

Sylvain SAMI (UR)

sylvain sami« Je veux être le gardien de la Paix et rassembler ».

Le candidat Sylvain SAMI aurait dû tenir ce langage au moment où les séléka et antibalaka tuaient sans pitié les centrafricains au début de la crise. C’était la presse nationale qui était au-devant de la scène pour hausser le ton et dénoncer les tueries, assassinats, viols et exactions de tout genre. Les prétendants candidats à la future présidentielle pour la plupart se sont tus. D’autres ont fui et se réfugier dans des « ledgers » et camp M’poko. Même étant dans leurs lieux de refuge, personne ne parle pour dénoncer les exactions et crimes commis par les hommes en armes contre la population civile…

 

 

 

 

 

François PASSEMA ENDJIAGO (CACDECA)

francois-passema« la création d’un grand ministère de l’Aménagement du territoire qui aurait notamment pour responsabilité de définir les conditions légales d’une exploitation durable des ressources naturelles ».  

Ce candidat à la présidentielle de 2015 a pour priorité l’exploitation des ressources naturelles. Cela explique qu’il existe l’intérêt personnel et égoïste comme toile de fond. Il n’a rien à voir avec la souffrance du peuple centrafricain depuis le début de la crise qui perdure. Comment peut-on faire confiance à un candidat qui raisonne de la sorte ?

Le ministère de l’Aménagement du territoire a été toujours grand. Sauf que les projets de ce ministère ont un rythme de la tortue pour ne pas faire avancer les choses.

 

 

 

 

Elie DOTÉ (Kélémba)

elie dotéLe président de ce parti récemment créé n’a pas convaincu lors des dernières élections législatives dans le 4ème arrondissement de Bangui. Pourtant choisi par l’ancien président déchu, François BOZIZE pour représenter le parti KNK au parlement.

Ancien premier ministre, il lui faut un programme véritablement de développeur pour améliorer et changer les conditions de vie déplorable des centrafricains. Il doit doubler d’effort pour être un bon parleur face à la masse. Il a le style de porte-à-porte mais le peuple centrafricain a besoin du pain, de la paix et du travail. En plus il ne met jamais pied en province alors que la grande partie de l’électorat se trouve dans l’arrière-pays.

 

 

 

 

NDLR : Nos commentaires ont pour but d’inciter les candidats à la présidentielle de 2015 à se corriger et adopter une bonne démarche politique vers les électeurs et non de les discréditer. Nous avons besoin d’un candidat rassembleur qui a les mains propres, qui n’a pas trahi la nation, capable de développer la République centrafricaine dans tout son ensemble sans exclusion des régions, des ethnies et communautés. Selon nos constats ; la plupart des leaders politiques centrafricains n’écoutent pas les conseils de leurs proches collaborateurs et commettent des erreurs monumentales. On relève un déficit chronique de communication au niveau de leurs staffs politiques respectifs. Même quand ils accèdent à la magistrature suprême de l’Etat, c’est l’entêtement à une vitesse supérieure. Le démocrate d’hier devient dictateur durant son mandat.

(Au prochain)

Pierre INZA

 

Comments

comments