Prétexte de génocide en Centrafrique : le FPRC annonce son retrait du processus du DDR

Kangbi-ndara.info/ Le bureau politique du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) dirigé par Noureddine Adam se déclare non-aligné au processus de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Il annonce aussi le retrait de ses représentants auprès du Comité CCS-DDR et la suspension de  toute négociation en cours avec le Gouvernement jusqu’à nouvelle ordre.

C’est dans un communiqué de presse du FPRC signé le 12 novembre 2017 que l’annonce a été faite.

Ce groupe politico-militaire justifie sa prise de position par les multiples failles de sécurité enregistrées cette année ayant coûtées de nombreuses vies au sein de la population civile à Bangassou, Kémbé, Pombolo, Nzako, Mbangana et récemment à Bangui.

Cette bande armée qui en réalité n’est que l’ex-rébellion de la Séléka rénovée, prétend défendre la cause musulmane en dénonçant « le plan mis en place pour exterminer la minorité musulmane de Centrafrique qui se concrétise par les massacres de 237 civils musulmans à Banguassou, de 72 civils musulmans à Kémbé, de 146 civils musulmans tués et 200 autres blessés à Pombolo, de 18 civils musulmans tués à Nzako, de 27 autres personnes dont 19 civils à Mbangana dans la Haute-Kotto et  de 7 musulmans tués, 13 disparus et 22 autres blessés ».

Prétextant un génocide planifié de dimension très inquiétante, le FPRC prenant à témoin la Communauté internationale, l’Union Africaine, la CEEAC et la CEMAC, annonce son retrait du processus du DDRR tout en menaçant de prendre ses responsabilités en cas de reprise des massacres des musulmans.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire