Projet : Amine Michel rêve de faire de la RCA, « l’étendard de la sous-région Afrique francophone »

CONGRES ORDINAIRE DE L’UNION NATIONALE POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES (UNDP)

DU 08 AU 09 NOVEMBRE 2014

DISCOURS D’OUVERTURE  DES TRAVAUX DU PRESIDENT FONDATEUR DU PARTI, Michel AMINE

RCA Délégation Maires de Bangui

Chers frères et sœurs,

Distingués invités,

Chers cadres et militants de l’Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès,

Mes chers compatriotes,

 

Chaque fois que je foule la terre de nos ancêtres, mon cœur saigne, à cause de la souffrance de mes compatriotes liée à la gravissime crise humanitaire sans précédent dont est en proie notre pays, laquelle a fait beaucoup de victimes en la mémoire desquelles je vous invite à observer une patriotique minute de silence.

Je vous remercie.

Je n’ai pas voulu faire un discours en tant que tel. Faudrait-il faire de beaux discours quand nos frères sont en souffrance ?

Nous avons un souci qui nous hante. Nous nous  posons la question de savoir si nos enfants, nos petits fils, nos arrières petits fils retrouveront un jour la paix ?

Continueront-ils à vivre sous des armes lourdes, avec un état des lieux, puis un  cadre de vie détériorés? 

Les populations n’ont pas accès aux soins médicaux faute de moyens et c’est la conséquence de la crise occasionnée par nous même les centrafricains.

C’est une honte, c’est le remords.

L’UNDP fait un appel à l’apaisement, à la tolérance et je dis à tous nos frères, à tous nos compatriotes de près ou de loin, qu’ils sachent que l’avenir est plus important que le passé.

Nous promettons à nos frères Centrafricains que l’avenir de notre pays sera meilleur.

Tout laisse à croire que nous avons perdu notre quintessence. Mais c’est faux. Je vous donnerai l’exemple de l’Europe qui, après la deuxième guerre mondiale, est devenue aujourd’hui très forte. Plus que jamais, l’Europe des 25 (vingt cinq) est bien réunie, bien soudée, avec la libre circulation des personnes et des biens.

La République Centrafricaine sera un jour l’étendard de la sous région, de l’Afrique noire francophone. Gardons l’espoir, rien n’est perdu.

Nous somme en train de nous battre. L’UNDP est un milieu, c’est un centre d’expression et c’est une famille. Quand vous êtes dans l’enceinte de l’UNDP, vous êtes au milieu de vos propres parents qui font partie de votre sang.

Personne ne vous rejettera dans l’UNDP.

Il peut avoir des sanctions liées au souci de discipline. Mais l’enfant prodige à fini par rejoindre le berceau de la famille.

J’exhorte nos frères qui sont peut être découragés à tenir bon.

Je ne vais pas réitérer le discours du Président du comité d’organisation.

Il y a eu des bavures. Mais cela ne peut manquer dans aucune organisation humaine. Il faut l’accepter et faire avec, cela fait partie de la faiblesse des êtres humains. 

Mais ce n’est pas pour autant que nous allons continuer à tolérer ce genre de pratiques. Des sanctions ont commencé et se poursuivront. Nous ne pouvons pas accepter que des gens continuent à discréditer notre famille politique. Ce genre de pratiques et dérives seront automatiquement sanctionnées. Vous avez suivi le discours du Président du comité d’organisation qui a déclaré que les débuts sont toujours difficiles. Petit à petit, nous allons remettre de l’ordre. Ne perdez pas l’espoir. Sans doute, certains d’entre vous ont été affectés par de mauvais comportements de mes propres frères. J’ai pris des sanctions sévères en écartant beaucoup du cercle de prise des décisions politiques. Le parti est celui des Centrafricains, de tous les Centrafricains. Tout le monde a les mêmes droits. Il est hors de question que se prévalant des liens de parenté avec AMINE Michel, l’on revendique une suprématie sur les autres. Tous les Centrafricains sont les frères  et la famille d’AMINE Michel. Prenez votre courage. Je sais que par complexe, certaines personnes ont cédé au chantage de mes frères, ne les écoutez pas.

Il y’en a qui sont très malhonnêtes et moi-même j’en subis les conséquences néfastes.

Je vous assure que nous allons les éradiquer.

Nous sommes à l’œuvre et sans avoir besoin de trop me répéter nous allons assainir le bureau politique, quitte à ceux qui occupent des postes de responsabilité de prendre leur courage, puis sanctionner même en mon absence, si ça  ne va pas. C’est également leur incapacité qui a beaucoup joué sur le parti.

L’exercice des responsabilités c’est aussi l’application de la loi. La loi est coercitive, contraignante, qu’on le veule ou pas, ca doit s’appliquer. Que ceux qui sont chargés de prendre des décisions au sein du bureau politique sanctionnent quand ca ne va pas. Qu’on le veule ou pas, ca se passera ainsi.

Voilà, j’ai tenu à utiliser ce ton grave et élevé commandé par la situation.

Vous êtes tous des témoins de tout ce que je viens de dire, car j’ai toujours donné des instructions au bureau politique.

Aujourd’hui, ils sont les premiers à se plaindre alors qu’ils ont toujours reçu des instructions qu’ils n’ont pas cru devoir appliquer.

Il faut prendre des décisions et m’en faire part, je les approuverai. On ne peut tout gérer seul, car la réussite est tributaire d’un travail d’équipe.

On a besoin de tous les Centrafricains, hommes, femmes et enfants.

Je ne le dirai jamais assez, je n’ai pas voulu faire de beau discours pendant que les Centrafricains souffrent. Il s’agit davantage d’un échange en famille.

A présent, je voudrais vous présenter nos amis qui ont toujours été à nos côtés pour nous accompagner, puis les nouveaux à savoir entre autres  notre conseil Maître ANDEGUE et les  journalistes.

Chers amis veuillez vous lever.

Sur ce, je déclare les travaux du tout premier Congrès de l’UNDP ouverts.

Je vous remercie.

 

Michel AMINE

Président Fondateur de l’UNDP

  

Comments

comments