Prosper Ndouba : « J’ai pris ma part à la lutte contre une dictature sanguinaire qui dirigeait notre pays et…»

Le Conseiller spéciale du Président de la Transition centrafricaine Prosper Ndouba dont le blog a servi de théâtre de dénonciation des dérives politiques du régime déchu se dit très satisfait d’avoir modestement contribué à la chute du Président François Bozizé. Cet homme dont les journalistes centrafricains prononcent actuellement le nom avec les dents serrées a, par le billet de Kangbi-Ndara.net, donné une explication sur les propos qu’il a tenu samedi dernier à l’endroit de la presse centrafricaine et qui a fait un remous tant sur les sites web centrafricains que dans les journaux locaux.

imagesProsper Ndouba, Conseiller spécial du Président Michel Djotodia s’est confié ce 1er août à Kangbi-Ndara.net pour révéler le mobile de la mise en ligne de son blog politique et grincheux dénommé Centrafrique presse connu comme un blog dénonciateur et fondamentalement anti Bozizé. Contrairement aux articles extrêmement salés rédigés contre Bozizé, ses enfants et tous les profiteurs du régime sortant, le blog de monsieur Ndouba  semble perdre son dynamisme par ce que : « J’ai pris modestement ma part à la lutte contre une dictature sanguinaire qui dirigeait notre pays et je ne veux pas me spécialiser dans des dénonciations systématiques à partir du moment que le combat que j’ai modestement mené aux cotés d’autres compatriotes a abouti à la chute de cette dictature, pour moi une page est tournée. Maintenant nous construisons une autre étape de l’histoire de notre pays », explique-t-il.

Toutefois, le bloggeur politicien est loin de mettre un terme à son arme de combat pour la plus simple raison que, «  tous les internautes et lecteurs  souhaitent que cette ligne se poursuive… La longévité de Centrafrique presse ne dépendra plus nécessairement de Ndouba mais d’un comité de rédaction être à pieds d’œuvre dans le pays ».

Par ailleurs, le Conseiller du Chef de l’Etat ne saurait se taire sur les articles publiés suite aux mots qu’il a lancés à l’endroit des journalistes centrafricains le 29 juillet lors d’une conférence de presse animée par le Président de la transition Michel Djotodia à Bangui.  «  Parler de voie de clochardisation ce n’est pas  traité les journalistes centrafricains de clochards. Les raccourcis qui consistent à dire que Mr Ndouba a traité les journalistes de clochards je crois que tout cela est vain». Evidemment, P. Ndouba réitère que, « La situation que traverse la presse centrafricaine je la juge très déplorable dans la mesure où j’ai pointé le fait que chaque fois, j’entends des journalistes centrafricains appelés à l’aide, demandés des subventions aux autorités publiques…Le 03 mai dernier, le Chef de l’Etat a fait don d’une enveloppe  non négligeable à la presse centrafricaine,. Que les journalistes centrafricains puissent parvenir à une meilleure organisation et s’en servir à bon escient que de demander tout le temps des aides financières que ces soit au Chef de l’Etat ou aux autres membres du gouvernement. C’est ce que j’ai pointé…je n’ai fait que dire ça en ajoutant simplement que si çà continu comme ça les journalistes centrafricains auront beaucoup de difficultés ».

Compris ou mal compris, les mots ont été lâchés et interprétés subjectivement par différentes rédactions centrafricaines. La caravane des journalistes centrafricains aboie tandis que Prosper Ndouba passe.

Kangbi-Ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire