Protestation collective à l’ANE : le Ministre Conseiller Jean-Jacques Demafouth agressé par des manifestants en colère ?

Kangbi-ndara.info / L’on signale d’urgence à Kangbi-ndara en ce début de soirée 18 novembre 2015 l’agression à Bangui du Ministre Conseiller Jean-Jacques Demafouth par des manifestants en colère réunis cet après-midi dans les locaux du service informatique de l’Autorité nationale des élections (ANE) pour revendiquer 30 jours de travail non payer. Descendu sur les lieux, un des responsable du centre de traitement des donnés électorales accepte, sous couvert de l’anonymat, d’expliquer à notre reporter le mobile de leur protestation collective et de rétablir la vérité en ce qui concerne cette alerte fausse.

Le M.C Jean-Jacques Demafouth

jjdKangbi-ndara : Monsieur bonsoir, veuillez-vous présenter et dites-nous le pourquoi de cet attroupement au niveau du service informatique de l’ANE ?

Interlocuteur anonyme : Bonsoir monsieur le journaliste, je suis opérateur au centre de traitement des données électorales au niveau de l’ANE, je choisis de vous répondre sous l’anonymat…  Il faut savoir que nous avons un sérieux problème, nous avons signé au début un contrat de 30 jours et un contrat de deux fois 15 jours (30 jours) enfin un contrat de 7 jours ce qui fait 37 jours au total. Sur les 37 jours, nous revendiquons 30 jours mais pour avoir  nos dus de 30 jours c’est difficile. Après une longue discussion avec le bureau de l’ANE, elle nous a promis le paiement de 15 jours et nous avons consenti pour la circonstance et au lieu de nous donner les frais des 15 jours, l’ANE dit qu’elle ne peut que nous payer 12 jours, c’est pourquoi nous disons non. Nous ne pouvons pas prendre les 12 jours c’est pourquoi nous avons des revendications par ci par là.

Vous évoquez des revendications, en quoi consistent-elles ?  

Nous voulons que nos 30 jours soient payés. Ce tout ce que nous voulons.

Quelles ont été les réponses de vos employeurs, c’est-à-dire de l’ANE ?

Ils disent que les procédures de paiement sont lentes et qu’il faille que nous attendions encore des jours et qu’ils avaient fait des erreurs sur le premier paiement ce qui fait que nous allons percevoir seulement les frais de 12 jours. Ils cherchent des prétextes et des arguments pour nous convaincre et abuser de nous.

Si vous n’obtiendrez pas gain de cause demain voir dans les jours à venir que feriez-vous stratégiquement pour inverser la situation ?

La stratégie consiste à faire perdurer la grève au niveau du centre de traitement des données jusqu’à ce que nous ayons gain de cause. Nous ne bougerons pas et nous ne travaillerons pas sans la perception de nos frais de 30 jours de travail. Les listes électorales arrivées ne seront pas traitées s’ils ne régularisent pas notre situation. Les kits, les données, les badges et les cartes d’électeurs ne seront pas confectionnés tant que nous ne n’obtiendrons pas satisfaction.

Avez-vous conscience que vos revendications peuvent impacter considérablement sur les élections ?

Mais effectivement ! Je ne comprends pas, nous avons appris par les médias que l’ANE a reçue tous les moyens nécessaires pour organiser des élections en Centrafrique. Qu’est ce qui se passe et pourquoi sommes-nous à ce niveau ? Ce ne sont pas nos revendications qui vont bloquer les élections mais l’acte posé par l’ANE qui va impacter sur les élections. Le blocage n’est pas à notre niveau, il vient d’en haut. Ils savent très bien que nous avons l’expertise des données, nous avons travaillé pour que les listes électorales sortent ! Comme je vous le dis tantôt, le blocage vient d’en haut et ça va continuer.

Nous avons été alertés sur une vraisemblable agression du Ministre conseiller Jean-Jacques Demafouth qui serait passé en ces lieux. L’aviez-vous réellement agressé ?

Effectivement Monsieur Jean-Jacques Demafouth est venu ici mais il n’est pas descendu de son véhicule ni pour nous adresser parole ni pour nous écouter. Il a sans doute constaté que la tension est forte aussitôt il est reparti. Personne ne s’est approchée de lui et personne ne lui a porté la main dessus, c’est une fausse information.

Monsieur, merci d’avoir répondu à nos questions

Mercie.

Recueillis par Johnny Yannick Nalimo

Comments

comments




Laisser un commentaire