Quand Prosper Ndouba qualifie les journalistes centrafricains de clochards

Les journalistes centrafricains ont été indignés suite à la réaction pompeuse et rétrograde du politicien bloggeur, Prosper Ndouba, qui  a, au cours d’une conférence de Presse co-animé avec le Chef de l’Etat Michel Djotodia, relégué les professionnels de médias centrafricain au rang des voyous. En revanche les journalistes ont traité leur dénigreur de « griot » et l’ont hué à chaque prise de parole. 

ndoubaA–t-il été sérieux ? Est-ce le qualificatif mérité attribuable à ceux dont le Chef de l’Etat Michel Djotodia considère comme des partenaires de première classe ?  Ou encore, est-ce de cette manière que Monsieur Ndouba conseiller de son Etat, témoigne sa reconnaissance à ceux dont-il a, avant le changement politique du 24 mars dernier, prêté la plume pour animer son blog Centrafrique presse ? En tout cas, pour Prosper Ndouba, les journalistes centrafricains ne doivent pas s’apitoyer de leurs sorts et des conditions pénibles dans lesquels ils animent la vie des médias centrafricains. Ils doivent selon lui se contenter du peu pour ne pas clochariser devant le public.

Sa réaction a été le billet de réponse aux préoccupations d’abord du ministre de la justice garde des sceaux, Arsène Séndé qui a évoqué certains déficits professionnels présentés par quelques rédactions centrafricaines dans le traitement de l’information ; puis du justificatif apporté par M. Mbaya Directeur de publication de l’Agora en ce qui concerne les faibles moyens mis à la disposition des médias et les contraintes d’accès à certaines sources d’informations.

Depuis son siège à l’estrade dans la salle de conférence à la gauche du Président de la Transition centrafricain, Prosper Ndouba, a anticipé plusieurs fois la parole pour répondre aux médias sur des questions sagement posées au Chef de l’Etat.

ndouba2Décontenancés, les journalistes centrafricains lui ont rendu les petits jetons inconsidérés. « Tais-toi griot » a lâché un éditorialiste dans l'assistance tandis que le conseiller spécial du Président Michel Djotodia a encore la parole.

Rappelons que Prosper Ndouba dont la lanterne politique a été éteinte quelques mois avant l’avènement du Président Bozizé au pouvoir le 15 mars 2013 et qui s’est exilé pendant une dizaine d’année en France vient de briller de mille-feux. La prise du pouvoir par la coalition Séléka le 24 mars 2013 lui est favorable. L’homme qui a inlassablement criblé le Président déchu, François Bozizé des diatribes sur son blog en collaboration avec certains journalistes centrafricains rend peu à peu le tablier après avoir trouvé une place confortable auprès du Président de la Transition centrafricaine Michel Djotodia.

Kangbi-Ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire