RCA-Risque d’une situation alimentaire chaotique en 2014

Le Programme alimentaire mondiale (PAM) chiffre à environ 1, 1 million le nombre de personnes en Centrafrique (soit environ ¼ de la population) qui risque de souffrir de la faim en début 2014 en raison du conflit. Ces chiffres ressorts d’une enquête récente menée conjointement par le PAM, les Nations Unies, les organisations non gouvernementales et le gouvernement centrafricain.

imagesD’après ce qui ressort du dernier communiqué de presse  du PAM en date du 8 novembre, un sérieux problème nutritionnel risque fort d’affecter, 1,1 million de personnes,  environ 30% de la population vivant en dehors de la capitale Bangui. Il résulte essentiellement de la crise militaro-politique débutée en décembre 2012 et qui se poursuit dans le pays.

Le communiqué évoque également une aggravation de la faim en raison de mauvaises récoltes ainsi que d’un ralentissement drastique de l’activité économique, consécutif à des mois de violence. De nombreux agriculteurs ont fui leurs fermes, laissant leurs cultures en friche. La majorité des ménages a déclaré avoir été victime de vols de bétail. Certaines familles ont vendu leur bétail et leurs semences pour survivre, tandis que d’autres ont vendu leurs troupeaux par crainte des pillages ou par peur d’avoir à fuir.

Face à cette urgence, Housainou Taal, représentant du PAM en RCA déclare que, « des mesures immédiates doivent être prises pour mettre fin à la violence dans le pays afin de permettre à des centaines de milliers de personnes déplacées de retourner dans leurs maisons et leurs fermes. Nous appelons les différents groupes armés à respecter les droits des civils et à permettre un accès humanitaire de notre personnel aux plus démunis ».

Le communiqué indique aussi que les zones les plus touchées sont notamment l’Ouham, Ouham-Péndé, Nana Gribizi, Vakaga et le Bamingui Bangoran. Cependant, on trouve des poches d’insécurité alimentaire dans tous le pays.

Le PAM se dit présentement très préoccupé car la période de soudure qui commence généralement en Mai, pourrait bien commencer dès le début de l’année prochaine (Janvier voir Février). Deux tiers des familles interrogées lors de l’évaluation ont indiqué que leurs récoltes seraient maigres que l’an dernier. L’enquête souligne qu’il n’y aura pas assez de nourriture dans le pays pour couvrir les besoins des populations entre Janvier et Février 2014.

Le communiqué chiffre de plus à environ 250 000 le nombre des personnes en Centrafrique qui a reçu une aide alimentaire depuis janvier 2013. Le PAM dit avoir besoin de 20 millions de dollars supplémentaire d’ici Avril 2014 pour continuer à aider les plus vulnérables en République centrafricaine.

Kangbi Ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire