REACTION : POURQUOI CONTINUER AVEC LE DIVISIONNISME EN RÉPUBLIQUE ? « LE MONDE EST DEVENU COMPLEXE, LE MAUVAIS COEUR DU CENTRAFRICAIN

Par Louis-Firmin Koungoube / Ces sentiments se trouvent-ils au niveau du cœur, de la foie ou du cerveau ? Vient de titrer un ami lyonnais du facebook, Michel Chantry. » Il y'a environ deux semaines aujourd'hui, quelques compatriotes qui n'accepteront jamais l'unité nationale en R.CA avaient mieux trouvé de jeter l’opprobre sur la personne de Mahamat KAMOUN ministre conseiller à la présidence de la République, ceci étant leurs droits dans la calomnie a de beaux sinistres jours devant eux.

FirminLeur ubuesque imagination voilée de la haine de l'autre les a formaté à publier sur le net et les réseaux sociaux le détournement depuis Douala de 300 000 000 de francs cfa dans l'aide financière accordée par l'Angola à notre pays actuellement en cessation de payement. Comme si cela ne suffisait pas, Nos excellents accusateurs sur base de délits de faciès et patronymes persistent dans les ignominies et autres insanités sur la personne.

Des centrafricains comme eux, nous qui croyons encore en vivre ensemble sur les 623000 km2 de notre R.CA-Éternelle et Fraternelle avec tous les enfants de la République sans les apparences et appartenances telles qu'elles soient.

Depuis la capitale Belge où je me trouvais depuis vendredi soir, et quelque peu relié avec la connexion Centrafricaine, un grand ami qui a beaucoup d'estime pour la Génération Républicaine dont je suis le Coordonnateur me fait une confidence sur cette accusation gratuite à l'égard de monsieur KAMOUN (lui aussi était en escale technique à Douala pour Bangui sur le même vol avec l’équipe ministérielle) et en profite pour me faire découvrir l'article du journal en ligne Kangbi-Ndara en cette même date, qui implique méchamment son épouse l’actuelle directrice des Douanes.

Entre nous, chers compatriotes centrafricains, Quel Etat voulions-nous re-construire ensemble pour la postérité avec la génération actuelle et future ? Avec ou après la Transition actuelle, quels sont les critères prévus pour se réclamer Centrafricain ? Commentons ensemble cet article qui nous rappelle l'époque de la prohibition, du lynchage et des événements déclencheurs suite au pogrom du 28 mai 2001 qui demeure intact dans les mémoires de bon nombre de nos concitoyens.

Bangui le 7 juin (Kangbi-Ndara) « Un aménagement forcé a été fait au niveau de la douane centrafricaine en fin de semaine dernière, a appris Kangbi-Ndara. La directrice générale de la Douane centrafricaine, Rachelle Ngakola, a fait signer un arrêté relevant des douaniers de PK12 à Beloko qui ont été nommés par décret. En remplacement de ces derniers, c’est en majorité des douaniers de l’ethnie Yakoma dont est issue cette dernière qui sont nommés ». Pour la République que nous défendons sur tous les fronts, que veut dire : « c’est en majorité des douaniers de l’ethnie Yakoma dont est issue cette dernière qui sont nommés » ? L’œil de l'étranger voit plus loin le pays que l’œil de l'habitant, mes chers amis. Et les étrangers s’en moquent éperdument de ce raccourci réducteur en phobie ethnique congénitale chez les centrafricains voire chronique, la preuve. Rédacteurs scribouillards du journal Kangbi-Ndara, comment reconnaît-on un Yakoma, un Banda, un Aly, un Talé, un Souma, un Mandja, un Ngbaka-mabo, un Gbaya…? Et qu’est-ce qui vous fait raconter Mme Rachelle Ngakola est Yakoma ? Et même si elle est Yakoma, ce qui n’est malheureusement pas le cas, nom de Zeus ? Alors que nous sommes tous en République ?

De PK12 à Beloko, frontière camerounaise, plus de 600 kilomètres de chemin automobile et ne regorgent que des douaniers étiquetés avec l’étoile jaune au front, quelle crasse phobie en 2014 avec ce penchant nauséabond d’indélicatesse à l’égard du corps des douanes centrafricaines ?

Après la Transition, la République reconnaîtra les siens avec un Patriote Homme d’Etat qui ne badinera jamais avec le socle de l’Unité Nationale, tels sont nos vœux les plus sincères pour le pays de Boganda. Maintenant que je me suis fait connaître par des centaines de milliers de nos compatriotes et les autres peuples du monde à travers les médias occidentaux et les nouvelles technologies liées aux informations par le net, en chair et en os pour endosser les balivernes et menaces de tout genre, certains et leurs supplétifs se reconnaîtront. Centrafricains d’ici et de là-bas, nous ne nous sommes pas assez acharnés comme des sauvages les uns sur les autres pas pour ce qu’ils ont fait, mais pour ce qu’ils sont ?

A savoir : ‘’’un tel est nordiste, l’autre est sudiste, celui-là un forestier, un autre riverain, non, nous avons à faire avec une minorité d’ailleurs, des mangeurs de chenilles, de manioc, de gibiers, de poissons, des vrais-faux centrafricains…’’’ Et l’étranger, et l’extérieur qui nous regardent comme des êtres à l’état de la pierre taillée depuis les crises politico-militaires de 1996 à aujourd’hui ?

Que pensent nos amis de la communauté dite internationale et difficilement définissable pour nous Centrafricains lambda de nos errements et imbécillités intellectuels ? Dans "Séléka nous t-elle surpris ?" J'ai bien apprécié les commentaires au vitriol venus de toutes parts, et actuellement sur les réseaux sociaux notamment facebook.

Mes amis, je continuerai toujours à les considérer comme des amis, ils s'y livrent à cœur et tombeau ouverts, pas sur ce que j’ai fait, mais sur mon engagement dans la vie publique centrafricaine. Certains furent des grandes personnalités dans la haute fonction publique de notre pays sous l’autorité du général président François Bozizé.

Le comble dans leurs bassesses et salissures, ils se cachent derrière des faux noms et sobriquets pour participer à ce que nous croyons être « Débats Citoyens » les choses basses d’après Giscard !

Une fois de plus, Centrafricains, nous ne trouvons pas quelque chose de sage à dire qu'à nous calomnier et nous haïr ? Nos amis journaleux qui ont fait cette enquête avant de publier ce tissu de mensonge qui reflète l’idéologie des fondamentalistes pouvoiristes pour le pouvoir, par tous les moyens, voire dans les urnes en instrumentalisant la phobie d’une partie intégrante de la population nationale pour assouvir leur soif de crétins buveurs de sang de leurs compatriotes, qui ne demandent pas autre chose que de vivre en paix en République de Centrafrique.

Hier et pendant des années, c’était cette minorité endogène imbue de suprématie et quoi sait-on encore, aujourd’hui les arabo-peuls musulmans du croissant lunaire.

Avec cet article, Kangbi-Ndara fait exhumer les enterrements de 2001 et 2002 pour les mettre devant la scène publique dans quel but ? On dépasserait déjà le Burkina ou le Rwanda voire le Singapour, si cela pouvait nous enrichir intellectuellement, financièrement ou socialement. Dans mon statut, je me sens toujours proche de ce paragraphe, Docteur Lamessi aussi : "La Haine, en effet, est un sentiment primitif, rudimentaire et grossier, indigne d'un esprit subtil et délié."

La République est le bien le plus précieux qui nous rassemble tous, mes chers compatriotes des quatre coins de notre RCA-Eternelle et Fraternelle. Nous ne voulons plus et ne supportons les propos blasphématoires, pamphlétaires et hors la loi qui ont déraillé le wagon centrafricain tout en entier avec le machiniste en chef décapité par nos insuffisances morales.

Stop au divisionnisme que nous devons combattre plus que la peste et le choléra au sein de la Communauté Nationale ! La présidente de la République avec cette Transition doit, maintenant et tout de suite passer du maternage à l’assertivité dans ses actes à poser pour la suite de la conduite des affaires de l’Etat. Certes, il y’a de sérieuses difficultés dans le décollage de l’avion Catherine Samba-Panza, beaucoup de centrafricains qui croient encore en l’avenir de notre mère Patrie, à son développement, à son rayonnement dans le concert des nations libres et modernes veulent alerter les autorités de l’actuelle administration de remettre sur pied le génie centrafricain qui sommeille en nous tous, patriotes républicains pour l’accomplissement de cette mission si gigantesque et titanesque.

Bangui le 7 juin (Kangbi-Ndara) « Rachelle Ngakola, après avoir fini sa bamboula avec l’assistante du représentant en Afrique centrale de la société Antaser, Servais Codjia, s’est dirigée vers la France et a rencontré Servais Codjia qui s’y trouve, avant de se rendre à Anvers en Belgique, siège de la société Antaser, là où elle va recevoir encore de l’argent au détriment de l’Etat centrafricain.

Il serait souhaitable et urgent que le ministre de tutelle puisse prendre ses responsabilités et envoyer d’un côté une mission d’inspection générale des finances à Douala et d’un autre côté à Anvers pour auditeur la société Antaser. Cela permettra de déterminer clairement combien Rachelle Ngakola et Servais Codjia ont détourné sur le dos de l’Etat centrafricains. Notons que depuis les révélations faites sur cette affaire par Kangbi-Ndara, le siège d’Antaser a déclaré Servais Codjia persona non grata car le président directeur général de cette société ne voudrait plus le recevoir, ni entendre parler de lui, d’après une source proche de ladite société.

Il est grand temps que la présidente Cathérine Samba Panza que Rachelle Ngakola prétend soutenir financièrement, se décide enfin à faire rembourser à l’Etat centrafricain ces plusieurs centaines de millions détournés ».

(Ecrit par Aïda Maîmouna et Sylvain Limbio, journaliste à Kangbi-ndara.net) Chairman LFK, Homme Public Centrafricain Coordonnateur de la Génération Républicaine. Oui, c’est moi Louis-Firmin KONGOUBE Je me suis rendu effectivement à Bruxelles capitale de la Belgique pour quelques jours ces derniers temps, ai-je le droit de demander une autorisation spéciale pour effectuer un tel déplacement ? L’accident à la grenade au bar dancing Sélection à Bangui dans le quartier Bruxelles du 06 juin et la féria de Anvers en Belgique n’entame en rien ma personne.




Laisser un commentaire