Regain de violence : le Premier ministre réfugié à Ouango, la présidente en lieu sûr

Kangbi-ndara.info / En dépit d’un semblant de calme constaté ce 30 septembre 2015 dans la majeure partie de Bangui, après plusieurs déclarations d’apaisement des  Autorités de la Transition, des cadres religieux et des Acteurs locaux de la vie sociale et politique,  la tension est encore loin d’être maitrisable par les forces de défenses nationales et internationales dont l’effectif est renforcé ce jour au centre de Bangui.

csp kamounDe sources concordantes signalent que le chef du Gouvernement transitoire Mahamat Kamoun aurait été déplacé hier de sa résidence du centre-ville pour se réfugier non loin de l’Ambassade de France dans le 7e arrondissement chez un patron d’une entreprise de sécurité.

Tout laisse croire qu’une menace réelle pèserait sur les Autorités de la Transition dont bon nombre ont quitté leurs domiciles habituels pour des lieux jugés plus sûrs telles certaines citées connues de la place.

D’autres sources affirment que le Ministre de la Jeunesse et des Sports Armel Sayo a bel et bien remis sa tenue de combat depuis le 28 septembre 2015, c’est-à-dire au deuxième jour des évènements sanglants et meurtriers fragilisant toute activité à Bangui.

Par ailleurs, la nouvelle du retour de la Présidente Catherine Samba-Panza se confirme à Bangui cet après-midi. Car l’on atteste déjà qu’elle est arrivée ce matin mardi à bord d’un vol des Nations Unis laissant sa délégation à Douala la capitale économique Camerounaise. Ensuite elle a été conduite à l’Ambassade de France à bord d’un hélicoptère.

Dans certains hôtels moins sécurisés de la place, certains ressortissants étrangers ont quitté les lieux d’urgence à bord de blindés des forces onusiennes.

Certains commerces ont rouverts leurs portes ce matin au centre-ville où toutes les barricades ont été dégagées par les forces de l’ordre. Comme l’a annoncé le Ministre de la Sécurité Publique le 28 septembre 2015, les stations-services devraient être opérationnels mais seule une station a desservi la ville notamment celle du Pk 0 en face de l'immeuble Rayan.

Sur l’Avenue de France à la limite de la place des Martyrs, les barrières érigées par les manifestants ont été renforcées avec de grosses ferrailles placées en pleine chaussée tandis que celles du quartier Combatant ont été dégagées par la Sangaris.

Un important mouvement de personnes se poursuit du 5e vers le 2e  arrondissement de Bangui. Bon nombre de ces personnes déplacées se dirigent vers le Centre Jean 23 ou vers l’Eglise catholique de Sica 2.

La dispersion des manifestants mobilisés par la Société Civile pour une marche organisée ce matin, dont le point de rencontre a été la place des Martyrs, a fait de la journée de mardi la moins violente depuis le déclenchement des violences le 26 septembre 2015.

Bangui vit cet après-midi dans un calme relativement précaire mais l’espoir de certains Banguissois est que les activités reprennent le plus tôt possible car certains ménages peinent déjà à se réapprovisionner en vivre.

Ilconvient de rappeler que les affrontements d'hier entre des bandes armés et les forces internationales ont fait, d'après certains témoins, 4 morts dont un milicien et deux blessés dans les rangs des soldats français. A préciser que ces informations restent difficiles à virifier sur le terrain.

Jules Komassa

Comments

comments




Laisser un commentaire