Rentrée parlementaire : l’impensable show négrier du couple « royal » Béa

IMG_0394[1]Kangbi-ndara.info/ Le couple parlementaire des députés Nadia Béa et Bertin Béa ont fait revivre hier  02 main 2016 à plusieurs milliers de personnes dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale un spectacle à la fois sidérant et « glamour » digne de l’ère colonial.

Ce n’est tout de même pas une représentation artistique sophistiquée mais plutôt un divertissement public peu provocateur. L’expression de l’honorabilité du couple Béa hier à la fin de la rentrée parlementaire de mai 2016 a frappé de stupéfaction de nombreux centrafricains et étrangers présents à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Les nouveaux députés et leurs invités en ont eu plein les yeux.  

Monsieur et Madame Béa ainsi que leur fille benjamined'environ 2 ans  portés sur des fauteuils suspendus entre deux brancards supportés par plusieurs porteurs  (tipoyes). Les porteurs vêtus de tee-shirts couleur orange du parti travailliste Kwa Na Kwa (KNK) de l’ancien président François Bozizé. Depuis les marches des escaliers de la 2e entrée de l’hémicycle du parlement centrafricain jusqu’à la limite de l’intercession du 4e arrondissement le couple Béa s’est fait porter. Un spectacle dénué d’infatuation qui a créé un embouteillage écœurant de plus de 500 mètres. Le tout pour le plus grand plaisir du « couple royal » du parlement.

D’ailleurs, les réactions des spectateurs ne se sont pas fait atteindre. Les uns trouvaient l’idée originale tandis que les autres y voyaient une insulte à la lutte menée par le Père de l’indépendance centrafricaine Barthélémy Boganda. « C’est un spectacle insolant… Pour eux, Boganda avait tort de bannir l’esclavage. C’était de la sorte que nos parents portaient les colons », a tancé sévèrement un éditorialiste centrafricain témoin des faits.

N’y-a-t-il pas lieu de s’interroger si un tel show ne porte-t-il pas la contradiction dans le contexte politique actuel suivant lequel le régime Touadera dénonce toute forme de culte de personnalité ? Quel message voudrait lancer le couple Béa soit à leurs collègues députés soit au gouvernement actuel ou encore à la plèbe centrafricaine ? Le couple Béa ne marcherait-ils pas sur les pommes des filles vierges si seulement Monsieur Béa était élu président de la République ? A quoi doit-on s'attendre si jamais Monsieur Béa devenait Président de l'Assemblée nationale du fait qu'il a l'intention de déclarer sa candidature ?

Plausible, le couple Béa aurait bien gambergé avant de se livrer à ce spectacle digne de l’époque des « travaux forcés ». En Centrafrique, les réalités contraires font parfois la règle et le ridicule ne tue jamais !

Johnny Yannick NALIMO

Comments

comments




Laisser un commentaire