REPONSE AUX ELUCUBRATIONS DU DR HAMAT MALMAL ESSEN SUR LES RAISONS DE LA PARTITION DE LA CENTRAFRIQUE

Marginalisation de la région Nord Est :

L’histoire de la République Centrafricaine depuis l’indépendance ne doit pas être tronquée pour ne pas compromettre l’avenir de ses fils et filles de manière générale.

Avant et après l’indépendance, toutes les couches sociales vivaient en symbiose sans appartenance ethnique et politique. Il était difficile aux Oubanguiens et Centrafricains de savoir les régions, l’ethnie ou les quartiers de leurs compatriotes, collègues de travail, écoliers et ou étudiants etc. Donc la division et la marginalisation dont vous faites allusion ne sont pas dans les mœurs des Centrafricains.

Depuis la période des anciens Chef de l’Etat (Boganda, Dacko, Bokassa, Kolingba, Patassé et Bozizé, plusieurs projets de développement ont été implantés dans le Nord Est de la RCA tels que : Parc St Floris, Parc d’Avakaba, Projet FED pour l’élevage, PDRN par exemple.

*Grace aux financements de développement deux conventions de financement, respectivement de 25 millions et de 14,6 millions d’écus, soit au total 26 milliards de f cfa ont permis de faire fonctionner le programme de 1988 jusqu'en 1999 et de réaliser ainsi de nombreuses actions de conservation et de développement socio-économique dans les deux préfectures (Bamingui Bangoran et Vakaga).

L’état Centrafricain à contribué au paiement des salaires des cadres nationaux mis à la disposition du P.D.R.N phase 1 et 2.

Les objectifs :

La région Nord doit son intérêt à sa grande diversité de zones écologiques et des ressources naturelles. Elle constitue le dernier bastion de la faune sauvage savanicole de la R.C.A voire de l’Afrique Occidentale et Centrale.

Les principaux objectifs poursuivis par ce programme étaient :

  • La préservation et la valorisation de cet important patrimoine naturelle.
  • L’amélioration des conditions de vie des populations locales.

Les réalisations :

Le programme à contribué à réduire la dégradation du milieu naturel par l’homme afin de préserver le capital de développement de la région constitué par ses ressources naturelles renouvelables. Le P.D.R.N  a aménagé des aires protégées (pistes, bases de vie, campements, salines, petits barrages) organisé la protection de ce patrimoine (formation des gardes, surveillance, sensibilisation, suivi écologique) et mis en œuvre une composante « développement rural », dont la réalisation ont porté sur :

  • La création et l’encadrement de groupement ruraux et des zones cynégétiques villageoises.
  • L’amélioration des techniques de récoltes de transformation des produits : miel, karité, viande, poisson.
  • La construction des magasins de stockage de produits agricoles.
  • La valorisation des sous produits de la faune : peaux, Trophées, artisanat.

Sur le plan Social : grâce au P.D.R.N, la région Nord à bénéficié de 4 centres de santé, de 11 écoles, d’un abattoir et de 21 forages, le tout avec un équipement adéquat. Quinze forages, six écoles et un dispensaire supplémentaire ont été achevés en 1999.

Dans ces projets, ne travaillaient que les ressortissants de NDELE, BIRAO BAMINGUI etc. La preuve aujourd’hui, si ces compatriotes (Goulas et Roungas) savent tirer aux fusils c’est grâce à leur expérience de pisteur et gardes au PDRN. A l’époque votre lutte était contre les braconniers Soudanais et Tchadiens. Les belles réserves du parc St Floris et d’Avakaba entretenues faisaient la fierté de cette région et celle des Centrafricains et favorisaient le tourisme. Aujourd’hui avec vos alliés Soudanais et Tchadiens notre faune et nos réserves n’existent plus que de nom.

En tant que musulmans, vous ne vous privez pas des viandes de chasse et boucanés alors interdites dans votre religion. Vous (Goulas et Roungas) êtes de gros mangeur de singes, sangliers, buffles, éléphants etc.. et organisez le trafic et la vente à Bangui notamment au pk 12 et au quartier  Miskine (KIRDI)

Le forage du pétrole dans la Vakaga était en cours. N’eut été votre rébellion qui a bloqué l’avancé des travaux depuis le 24 mars 2013 qui étaient presque à terme. Avec ce projet tous les ressortissants du Nord Est auraient dû travailler dans ce secteur. En plus de tous les ressortissants du Nord Est, il aurait fallu une main d’œuvre hors région, vu le nombre important des employés à pourvoir.

Dans la région Est, la Société de Gestion de Sucreries Centrafricaine (SOGESCA) a été crée en 1987 à N’gakobo (Bambari). Cette société employait 1500 ouvriers, 4 cadres expatriés et 12 cadres nationaux.

Sur le plan Social : la SOGESCA  a crée un village de 10 000 habitants, mettant à la disposition des familles, des écoles, dispensaires, brigade de gendarmerie, diverses troupes théâtrales, des équipes tant de foot ball que de volley ball.

La SOGESCA contribue également à animer toute la région de la OUAKA.

Cette société a été mise à sac par la SELEKA lors de votre marche sur Bangui en mars 2013 sans oublier la Société Aurafrique de Ndassema détruit entièrement par vos soins*.

Stigmatisation Identitaire, Education, Intégration dans la Fonction Publique etc.. :

A titre d’exemple, après vos études supérieures, vous avez bénéficié d’une bourse pour votre formation au Sénégal. A cette époque là, est ce qu’on peut parler de discrimination puisse que vous êtes musulman ? Michel DOTODJA également a eu une bourse pour la Russie pour obtenir son diplôme après quinze ans d’étude. Dès votre retour à Bangui, vous avez été nommé Directeur de l’ISDR, l’ANDE et L’ICRA. Cela a été fait en fonction de la religion, de la région ou de vos compétences ? Un autre cas aussi, Feu KALITE Joseph a été nommé ministre de la santé et de l’Agriculture sous le président Patassé bien qu’il était musulman.

Vous êtes des exemples concrets du niveau de l’éducation et de l’intégration dans la fonction publique. Il faut reconnaitre que les musulmans de manière générale et plus particulièrement ceux de la République Centrafricaine ne s’intéressent pas aux longues études ni à la fonction publique. Par contre, ils s’intéressent aux activités commerciales, à l’élevage de petit et gros bétail et plus souvent celui de collecteur de diamants.

D’autre part, les musulmans centrafricains représentent moins de 10% de la population générale. De ces 10%, il y a environ 5% dans l’administration Centrafricaine. Dans les régions du Nord Est dont vous vous réclamés, les maires des communes ont toujours été en majeur partie des musulmans. (Ndélé, Birao, Pombolo etc.) A cet effet, la délivrance des actes de naissance n’ont jamais posé de problème. Il ne faut pas faire de l’amalgame entre musulman Centrafricain et Tchadien Soudanais qui ne parle même pas sango mais qui disposent de certificat de nationalité, passeport Centrafricain et de la carte d’identité.

Cette revendication faisait partie du grief de la Séléka contre le pouvoir de Bangui. Ce n’est qu’une suite logique de votre état d’esprit. (cf lettre de Djotodia du 14 Avril 2012)

Corruption :

Attention, la plupart des corruptions évoquées et des procédés des citoyens musulmans Centrafricains, sont moyens de fraude (diamants, Ivoires, Or, Drogue et ou armes de guerre).

L’Avènement des multiples rebellions :

La République Centrafricaine a connu beaucoup de rébellions de crises militaro-politiques : du Coup d’Etat du colonel Jean Bedel BOKASSA à la rébellion du Général François BOZIZE-YANGOUVOUNDA, en passant par l’opération Barracuda, les mutineries de 1996-1997, la tentative de Coup d’Etat du 28 Mai 2001, et l’intervention des Banyamulenges de 2001 à 2003, mais aucune de ces crises n’a approché en horreurs et en étendues les exactions de SELEKA, pas même les exactions des Banyamulenges, pour lesquelles l’accusé Jean-Pierre BEMBE-GOMBO croupit en prison, à la Cour Pénale Internationale (CPI), à la Haye en Hollande. (dixit Me ZARAMBAUD).

 

Les intentions étaient bien là, car Michel DOTODJA l’a dit dans sa lettre du 17 Avril 2012 à la conférence Islamique de Djeddah (Arabie Saoudite).

 

Si la SELEKA, n’avait pas pris les armes contre la population civile depuis le 8 décembre 2012, à Ndélé, Bria, Bambari, Grimari, Sibut, Damara avant d’arriver a Bangui, les centrafricains non musulmans ne devraient pas réagir par vengeance après la démission de DOTOJA le 20 Janvier 2014. Vous oubliez combien de mort d’innocents tués par la SELEKA dans les villes précitées avant leur entrée dans Bangui. A ce sujet, une enquête de la CPI est ouverte en ce moment pour déterminer les responsables des massacres, viols, vols, destruction et tueries depuis décembre 2012 à décembre 2013.

 

 

Comme vous le dites si bien, la majorité des rebellions en Centrafrique est constituée à 90% des sujets étrangers (Tchadiens et Soudanais). Les 10% représentent les Goulas, Roungas et quelques aventuriers Centrafricains. Il faut quand même vous rappelez ces quelques faits ignobles tels que : l’égorgement du CB de la douane de Bria, du CB de la gendarmerie de Ndélé par la Séléka. Bozizé alors Chef de l’Etat, avait la responsabilité de protéger les citoyens Centrafricains et défendre l’intégrité du territoire. Il a fait ce qu’il a pu tant bien que mal. Si cette rébellion n’était pas arrivée à Bangui on aurait pu épargner toutes ces pertes en vie humaine. Vous avez toujours parlé de la mal gouvernance de BOZIZE et de ces tueries etc. Mais une fois au pouvoir le 24 mars 2013, vous auriez dû faire mieux. Malheureusement la République Centrafricaine a vécu les pires évènements de son histoire.

Il faut savoir que pendant 10 mois durant, la population Centrafricaine non musulmane à été terrorisé, torturée, humiliée, violée, et tuée par les SELEKA et autres rebelles Tchadiens et Soudanais.

Les exactions des rebelles Séléka se sont étendues à l’ensemble des 76 Sous – Préfectures du pays et aux 8 arrondissements de Bangui. Ni les hôpitaux, ni les Eglises, surtout les Eglises Catholiques, ni les écoles, ni les ministères et les Institutions n’ont été épargnés, à part les mosquées, les domiciles et les commerces des musulmans. Les assassinats et les viols se comptent par centaines, si ce n’est par milliers. Dans ses discours le sieur DOTODJA couvre ses éléments en attribuant leurs forfaits aux prétendues forces de BOZIZE. (cf dénonciation de ZARAMBAUD du 22 Avril 2013).

A tire de rappel, un bus en partance pour Mbaïki, a été interpelé à la barrière de pk 9 au motif d’avoir découvert des tees shirts à l’effigie de BOZIZE. Tous les occupants au nombre de 30 ont été torturés et exécutés, les corps ont été ligotés et jetés dans le fleuve Oubangui. Un cas parmi des milliers.

Rôle et complicité de la France dans l’épuration confessionnelle et régionale :

L’Armée Française est digne et respectable contrairement aux SELEKA qui sont des voyous, bandits mal formés et sauvages qui prennent des télécommandes pour des téléphones portables et des écrans d’ordinateurs pour des postes téléviseurs.

Pour votre gouverne, les nations unies s’apprêtaient à voter la résolution pour l’envoi des troupes en RCA pour le 19 décembre 2013, mais le vote a été avancé compte tenue de l’urgence avec les massacres qui ont suivi les évènements du 5 décembre 2013 pour permettre à la France d’intervenir en Centrafrique. Le président Hollande n’a fait que respecter les résolutions des nations unies après le vote.

La France n’a provoqué aucun génocide. Vous êtes sans ignorer que tous les musulmans du : KM5, Miskine, Kina, Combattants, 8e Arrondissement, PK 12, 5 e Arrondissement sont armés avec des engins de guerre. Ont-ils le droit ?

La France n’a pas à justifier sa présence en Centrafrique elle est sous mandat des nations unies. Pour votre gouverne, il y a effectivement des terroristes à Bangui notamment au KM5 qui refusent  le désarment et qui continue les massacres. (Grenades balancés au quartier Fodé) tuant 20 personnes enfants femmes et hommes le mois dernier (avril 2014)

Enquête de la CPI et du Human Rights Watch et Amnistie Internationale :

Effectivement les rapports de la CPI et autres ONG diront avec exactitude les responsables des massacres, tueries tortures perpétrés également à NDELE, BAMBARI, Grimari, Sibut, Damara et Bangui depuis le 08 décembre 2012 jusqu’au 5 décembre 2013 dans toute la RCA.

Cohabitation post conflits difficile :

Il ne faut pas confondre Tchadien, Soudanais aux musulmans Centrafricains. Il y a en ce moment certains Centrafricains qui protègent les musulmans. L’iman de la mosquée Centrale habite chez le Monseigneur NZAPALAINGA. Nous ne pouvons que déplorer les cas de dérapage qui continuent de manière isolée à Bangui mais dénoncer avec force, ce que vos éléments continuent de faire en province  (Batangafo, Kabo, Kaga Bandoro, Bouca, Bossangoa, Paoua, etc..)

Assassinats confessionnels et génocide régionaliste :

Les exactions ont commencé en décembre 2012 jusqu’à ce jour. Si la Séléka ayant pris le pouvoir se comportait en responsable, il ne devrait pas avoir de représailles. L’ancien ministre KALITE paix a son âme, était l’homme à l’arrivée de la Séléka dans Bangui, qui utilisait les éléments de cette nébuleuse pour protéger les maisons des particuliers à des prix exorbitants, allant jusqu’à 500 000 f cfa par jour. Dès que certaines personnes ne pouvaient plus payer, ces hommes étaient retirés et quelques jours la maison était pillée, détruites.

Je ne sais pas si on est dans le même pays

A Kaga Bandoro, Sibut, Bambari, Batangafo, Kabo voir Bria, les humanitaires sont déployés dans la mesure de possible. Vous avez entendu du moins ou êtes au courant puisse que vous soutenez la Séléka, que le 26 avril 2014 la population de Nana Boguila a été massacrée et tuée par la Séléka, venue de Bemal. Bilan 22 morts dont 3 personnels de MSF, maison incendiée, pillages etc..

Aussi l’abbé Forman qui rentrait de Bossangoa pour Paoua a été froidement abattu par la Séléka. Je ne sais d’où vous tenez les chiffres des morts dont vous disposez. Mais dans tous les cas, la CPI est sur le terrain en ce moment, attendons de voir.

La destruction des habitations et des mosquées :

Toutes les habitations occupées de force par la Séléka pendant 10 mois ont été systématiquement pillées, saccagées et détruites. Il y a des milliers d’exemples. Toutes les églises se trouvant sur le passage des Séléka de la province à Bangui ont été vandalisées et profanées, véhicules et engins emportés par vos troupes. (cf rapport des évêques du 16 Avril 2013)

Les Séléka dans leur fuite ou retrait après le 20 janvier 2014 dans le Nord Est, ont incendié des villages entier vers Paoua, Bozoum, Bocaranga, Markounda, Nana Boguila, Kaga Bandoro, Mbré, Grimari, Bakala, Bossangoa et Bouca dernièrement. Sans oublier également les villages incendiés quand vous étiez au pouvoir, à Bangassou et Mobaye.

Cannibalisme :

Je ne sais pas si vous avez une mémoire, le tribunal de Grande Instance de Bangui en son temps n’avait pas apporté les preuves de cannibalisme et ce chef d’accusation avait été retiré. Celui que vous traitez de cannibale a au moins construit ce pays que vous avez détruit avec vos mercenaires Tchadiens Soudanais et Séléka. L’Université dans laquelle vous avez enseigné en fait partie.

Les images qui ont été exhibées sur internet entre autre concernant le cannibalisme ne vienne pas de la RCA mais plutôt de la Sierra Léone et autres pays.

Partage du Pouvoir :

Le partage du pouvoir avec les musulmans a toujours existé en commençant par vous-même, directeur de L’ISDR, DOTODJA Michel consul de la Centrafrique à Nyala au Soudan sous Bozizé, Abdel Kadre ministre du plan sous Bozizé avant de détourner des fonds destinés à la cimenterie pour finir en prison et a été libéré par l’arrivée des Séléka. Karim MECKASSOUA fut aussi ministre d’Etat sous Bozizé, et le colonel SALE ministre des Eaux et Forets, le colonel MARBOUA sous kolingba, NIMAGA Ismaël ministre de l’Intérieur et de la Sécurité sous Kolingba, Idriss SALAO ministre sous Bozizé, Commissaire de police ADIAZ admis à la retraite y a pas longtemps, GOMINA PAMPALI Laurent ministre sous Patassé, NGON BABA Laurent ministre sous Patassé et Bozizé, YOUSSOUF YERIMA MANDJO ministre sous Bozizé, Mahamat SALE Directeur Général de la SEGA sous Bozizé, WALIDOU chargé de mission au ministère de l’Intérieur sous Bozizé, Denise MADINA Sous préfet d’Ippy sous Bozizé pour ne citer que cela.

A la Direction Générale de l’Elevage, il y a plusieurs cadres ressortissants du Nord Est (Goulas et Roungas) qui travaillent jusqu'à ce jour.

Je pense que votre ratio sur cette question est un non sens quant vous en faites l’une des raisons qui vous amènent à demander la partition de la République Centrafricaine.

PARTITION :

La population Centrafricaine est composée à 90 % des chrétiens animistes athées contre 10% des musulmans. Et vous voulez concéder aussi une grande partie de la RCA  pour ces 10% ? Sans au préalable demander l’avis de la population des villes tel que : BRIA, BAMBARI, BANGASSOU, MOBAYE, KEMBE qui sont a 90% chrétiens avant votre projet macabre ?

Dans la vie, on ne peut empêcher quelqu’un de rêver. Cela peut donner espoir de vivre. Mais je pense que vous n’avez pas rédigé ce projet dans votre état de lucidité. Vous êtes toujours ivre, du lundi au Dimanche, depuis le Sénégal jusqu'à Bangui. Entre vos méchouis de cochons, et les plats de singe et de buffle, il faut revenir sur la terre Centrafricaine de vos ancêtres et non dans le ciel.

CONCLUSION :

Aucun hectare ni kilomètre carré de la République Centrafricaine ne sera cédé même dans vos démarches de non violence sans les armes. Mais, votre manœuvre militaire de Ndélé à Bambari prouve votre réelle intention de poursuivre militairement votre démarche : VOUS AVEZ EU LA REPONSE …

VOTRE DEMARCHE ACTUELLE DOIT ETRE ACCES SUR LE PARDON A ADRESSER A CEUX QUI ONT TRIME QUI ONT PERDU DES PROCHES OU DES BIENS AFIN QU IL Y AIT UNE RECONCILIATION ENTRE NOUS CENTRAFRICAINS. FAITES PARTIR VOS BANDITS D’ALLIES ETRANGERS ET RECONSTRUISONS NOTRE PAYS.

Barthélemy POLELE

polelebarthelemy@yahoo.fr

 

Comments

comments