Représentation rebelle au gouvernement : l’Exécutif bientôt devant le sanhédrin du Peuple?

Kangbi-ndara.info/ C’est une lapalissade d’affirmer que l’entrée au gouvernement des bandes armées réussit au système politique en place. Le Législatif qui n’a pas été consulté avant prévoit d’entendre l’Exécutif sur la question.

De sources très bien informées de Kangbi-ndara, le début de semaine du 16 octobre 2017 sera incontestablement marquée à Bangui par l’interpellation devant la représentation nationale du Gouvernement du Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji.

Le Gouvernement sera entendu sur divers points dont l’entrée massive des représentants des présumés bourreaux du peuple Centrafricain des quatre dernières années au gouvernement et à la présidence de la République. Des nominations qui n’ont pas évitées un bain de sang cuisant à Kémbé dans l’est du pays.

Nos sources de signaler aussi que les décrets controversés portants nominations des Préfets et sous-préfets seront aussi à l’ordre du jour.

Plutôt, le Premier ministre Simplice Mathieu Sarandji a tenté de justifier sans persuader que l’entrée au gouvernement des représentants des groupes armés résulte d’un souci de la géopolitique. Une argumentation qui, selon l’opinion nationale, est un leurre en déphasage avec l’engagement du début.

Il est lus que formel, le Président Faustin Archange Touadera avait promis, lors de la campagne présidentielle de 2015, de ne pas gérer le quinquennat de « rupture » avec les criminels et toute personne ayant l’épée de Damoclès suspendue à la tête.

Au regard de l’actualité politique centrafricaine, cette promesse fait regrettablement chou-blanc.

Beaucoup d’interrogent encore de savoir si l’amnistie décriée des Centrafricains n’est-elle pas actée en Centrafrique ?

Les uns se demandent s’il faut encore, avec le régime de la rupture, verser du sang au nom d’une revendication mercantiliste pour se tailler sa place au soleil ?

Les autres voudraient savoir si le bon sens et la faculté de discerner habitent du moins temporairement la case de l’Exécutif centrafricain.

Avec peu de chance, la lanterne de plus d’un sera édifiée après l’écoute de l’Exécutif. Aussi, avec un minimum de chance, la feuille de route du Gouvernement Sarandji2 se fera également connaitre.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire