Roger Stève Kenguela : « L’UNDP est appelée à disparaître de l’échiquier politique centrafricain»,

Kangbi-ndara.com : L’UNDP (Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès) est appelée à disparaître sur l’échiquier politique centrafricain, a déclaré au cours d’une conférence de presse, le Secrétaire général sortant du bureau politique, M. Roger Stève Kenguela.

ob_a1f9de_michel-amineL’UNDP (Union Nationale pour la Démocratie et le Progrès) est appelée à disparaître sur l’échiquier politique centrafricain, a déclaré au cours d’une conférence de presse, le Secrétaire général sortant du bureau politique.

Déclaration intervenue lors de la conférence de presse tenue à Bangui ce mardi, 7 avril 2015, par le bureau politique sortant de l’UNDP qui tenait rétablir la vérité sur les « motifs » qui leur ont été « collés » par le président fondateur du parti Michel Amine lors d’une réunion qu’il a présidée le dimanche dernier.

Pour, Roger Stève Kenguela,  Secrétaire général sortant du bureau politique de l’UNDP, « La politique ne se nourrit pas de la démagogie, des rumeurs et des émotions », comme il en est le cas à l’UNDP, ce parti à l’instabilité chronique, précise les conférenciers.

Instabilité  et pilotage à vue

Si la dynamique de toute organisation dépend du respect des textes et de sa stabilité, à l’UNDP, précise le SG, l’instabilité est une vertu car en une année d’existence, ce parti a connu 4 bureaux tous provisoires. Cette instabilité chronique, rajoute le SG sortant de l’UNDP « est souvent due à l’incapacité de Monsieur Amine qui, comme un arbitre sans formation appropriée, distribue des cartons rouges et accorde des penalties pour des fautes commises hors de surface de réparation ». Et le SG de s’interroger sur la capacité de Michel Amine à gérer la République Centrafricaine. « Comment un tel homme politique qui a montré ses limites dans la gestion d’un parti peut-il gérer les affaires d’un Etat », s’est-il interrogé.

Un homme politique digne de ce nom devrait veiller à ce qu’on appelle le respect de la parole donnée, a tenu préciser les membres du bureau sortant qui dénoncent au passage, le pilotage à vue qui caractérise Michel Amine.

Ne pouvant contenir le « trop plein » de ce « démarcheur politique », mentionne M. Roger Stève Kenguela, le bureau politique sortant prend non seulement acte de sa dissolution mais démissionne collectivement tout en demandant aux militants de « vider les rangs pendant qu’il est encore temps ».

Raisons évoquées : mépris et violations des textes fondateurs du parti, outrage aux autorités de la transition, pilotage à vue et improvisation, tribalisme économique, mensonge, promesses non tenues et diffamation.

« Il est grand temps pour vous tous, frères et sœurs de ne pas vendre vos voix à cause des billets de banque car un trésor est caché dedans », a conclu le SG sortant de l’UNDP.

Chantal Kpèmsèrè