Sécurité et hygiène à la SEGA : le Directeur général Patrick Ningata rassure

Kangbi-ndara.info/ Quelques jours après le scandale sanguinolent qui a eu lieu  dans l’enceinte de la Société d’Etat de gestion des abattoirs (SEGA), incident qui coûté la vie à quelques éleveurs peuls, certains banguissois s’interrogent sur l’état actuel de cette institution. 

ningataD’aucuns pensent que les services de la SEGA sont bloqués en ce moment et les bétails ne sont pas acheminés dans les locaux de la société en raison de l’insécurité. Pour certaines langues, les services de la SEGA devraient être délocalisés vers l’abattoir de Ngola au PK13 sur la route de Damara. Or, de tout ce qui précède, il s’avérait que lors des évènements douloureux et regrettables de la fois dernières dans les locaux de la SEGA, le Directeur général Dr Patrick Ningata aurait pesé de tout son poids pour protéger des vies humaines en l’occurrence au moins 13 peuls ont été mis à l’abri. Cette action à permit de limiter les dégâts. Quand aux bétails dispersés ou emportés de force par certaines personnes dans les quartiers, cela n’engage pas la responsabilité du Directeur général qui n’est associé ni de près ni de loin dans les représailles. Aussi, pour l’heure, les services de la SEGA sont à pied d’œuvre pour réorganiser ses structures d’accueil des bétails et mettre à la disposition de la population des viandes saines dans des conditions hygiéniques acceptables. D’ailleurs pour le moment tout se passe bien et l’aspect sécuritaire est davantage renforcé à la SEGA avec appui du ministre de la Sécurité Publique et du ministre de l’élevage et de la santé animale.

Il est temps que les Centrafricains comprennent le bien fondé des services de l’Etat et de la protection de ces patrimoines qui ne sont pas inutiles dans le fonctionnement de la société centrafricaine. C’est à cause de l’insécurité que l’abattoir de Ngola a été suspendu afin de protéger des vies humaines. Aussi, il faut noter que les conditions hygiéniques n’étant pas favorables pour des abattages, il fallait donc tout centraliser au niveau de la SEGA qui détient des structures adaptées à l’abattage des bovins et autres animaux consommables par la population. A cet effet, la direction générale de la SEGA continue de poursuivre ses efforts pour que la SEGA soit toujours opérationnelle. Tout porte à croire que rien n’a empêché son fonctionnement. Lors de la récente visite d’une équipe de journaliste sur le site de la SEGA, l’on s’est rendu compte de l’effectivité de tout le personnel qui travaille dans la quiétude et surtout la présence des éleveurs, convoyeurs et des usagers qui viennent s’approvisionner.

Pat Adou

                                              

 

Comments

comments




Laisser un commentaire