Serge Singba Bengba : « ma vision pour la renaissance du basket-ball centrafricain »

singha-1kangbi-ndara.info/ « Notre vision consiste à redonner au basket ball centrafricain sa grandeur et ses lettres de noblesse avec comme objectif ultime le retour de Yassitoungou en RCA », c'est en ses termes que le président du New Tech Institut et candidat déclaré à la présidence de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball, Serge Singha Bengba aborde cette course à la succesion de Jean de Dieu Mageot, président sortant de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball.

De manière spécifique, il s'agira pour Serge Singha Bengba, une fois élus de s'atteler avec son équipe à « vulgariser, diffuser et promouvoir le basket-ball sur toute l’étendue du territoire national ; renforcer les actions de formation en direction de tous les acteurs (entraineurs, joueurs et officiels techniques, améliorer la qualité des championnats nationaux dans toutes les catégories ; apporter un soutien renforcé à tous les intervenants du basket-ball (assurance joueur, meilleure rémunération des joueurs, entraineurs et officiels techniques) ; ouvrir le basket centrafricain au monde afin d’offrir aux joueurs talentueux des perspectives de carrière à l’international et enfin, promouvoir une gestion orthodoxe et rationnelle des ressources humaines, financières et matérielles nécessaires au développement du basket-ball ».

Au-delà de cette vision ambitieuse qui a le mérite d'exister vu le gabarit de l'homme qui en est porteur, l'on peut sans risque de se tromper soutenir que ce sont là, tout un ensemble de défis à relever.

Mais comment arriver à mettre sur pied une vision aussi ambitieuse ?

Question pertinente à laquelle répond Serge Singha Bengba qui prévoit une « série de réformes », permettant d'atteindre cet objectif global.

A cet effet, un plan d’action « objectif par objectif » sera mis en œuvre avec comme finalité : la vulgarisation du basket-ball ( construction des terrains de basket-ball dans tous les quartiers et dans toutes les villes de province, la réhabilitation des infrastructures existantes, l'organisation d'une campagne de recherche des grandes tailles et des talents sur toute l’étendue du territoire national tout comme l'organisation des actions de promotion autour des shows du genre ‘’Begin show’’ des années 70, avec des joueurs talentueux pour susciter l’envie chez les plus jeunes ».

En plus de cela, il faut procéder au renforcement des capacités tant, il est plus qu'évident aujourd'hui que susciter des vocations ne suffit pas. Encore faut-il correctement former les entraineurs et par voie de conséquence les joueurs. Dans cette dynamique, le plan d’action se décline en deux phases : d'abord la formation des officiels techniques (commissaires techniques, arbitres, délégués…) et la mise en œuvre d'un plan de formation continue des officiels techniques et de participants aux stages internationaux (suivi, promotion, recyclage).

En second lieu, mettre un accent particulier sur la formation des jeunes car après avoir procédé au recensement des jeunes ayant des prédispositions pour le basket ball (grande taille, dextérité, adresse…), il faut des camps périodiques de formation de qualité. Des tournois inter-arrondissements, les sports universitaires et scolaires seront mis en œuvre avec en toile de fond, le renforcement du championnat des jeunes. 

Tout cela n'est possible que si et seulement les financements suivent. Mais dans un contexte de morosité financière, il faut de l'imagination pour espérer lever des fonds afin de matérialiser cette dynamique. A cet effet, Serge Singha Bengba explique qu'en tant que promoteur d'un institut universitaire de renommée, il dispose de la compétence nécessaire pour monter des projets « réalistes et pertinents » pour les présenter aux bailleurs de fond (FIBA Monde, CIO, US AID, Coopération Française, Coopération allemande, Fonds arabe, …) pour la renaissance du basketball centrafricain.

Une renaissance qui passe aussi par "l'affirmation de notre identité car savoir d'où nous venons nous permet de savoir où nous devons aller », a déclaré Serge Singha Bengba lors du lancement des travaux de réhabilitation du terrain de basket-ball du Lycée des Martyrs.

Comments

comments




Laisser un commentaire