Steve Tangoa : « l’initiative de paix de l’Union Africaine a-t-elle du plomb dans l’aile ? »

L’INITIATIVE DE PAIX DE L’UNION AFRICAINE A-T-ELLE DU PLOMB DANS L’AILE ?

Kangbi-ndara.info/ Les déclarations à l’emporte-pièce de Nourredine ADAM et de ses sbires sur les opérations en cours, de restauration de l’autorité de l’Etat dans ce qui est devenu « l’enclave musulmane » du KM 5 démontre à suffisance une volonté affichée de n’adhérer au processus de paix initié par l’Union Africaine qu’en fonction d’intérêts partisans, en l’espèce religieux, au détriment de l’intérêt national.

Dans un élan patriotique, le Chef de l’Etat avait procédé, il y‘a six mois, à un élargissement du gouvernement en offrant aux groupes armés, criminels en sursis de la CPI, une demi-douzaine de strapontins ministériels dont de juteux postes tels l’Energie, les Eaux et Forêts ou encore le Désenclavement et les nommant pêle-mêle, à des postes de responsabilités dans la Haute fonction publique (cabinets du Premier Ministre et Présidentiel). Cette politique, instaurée en faveur de la paix et pour être en phase avec ses pairs initiateur, a déplu à l’entourage immédiat du Chef de l’Etat, suscité l’incompréhension de l’opinion nationale et fragilisé la majorité présidentielle. Il fallut une dose de pédagogie et d’équilibrisme pour faire passer la pilule tant elle était amère et dure à avaler.

Aujourd’hui, les ministres nommés au titre de l’initiative de Paix de l’Union Africaine doivent prendre leurs responsabilités face au refus de certains compatriotes de collaborer à l’opération de restauration de l’Etat: soit ils démissionnent, ainsi ils seront en accord avec leurs mouvements, soit ils se désolidarisent publiquement de leur Chef ADAM et prennent le train de la paix que nos « frères » africains ont initiés. Cette initiative n’est pas un sauf conduit permettant d’éviter Dame Justice ; elle est lente, boudeuse, paresseuse et j’en passe, mais elle est imparable ; équitable et tout simplement Juste ! Le Président de la République y a adhéré en ayant cela à l’esprit. Et demain, lorsque sonnera le glaive de la justice, nul ne saura se prévaloir d’une quelconque qualité officielle.

Il faut aujourd’hui que les autorités centrafricaines saisissent l’Union Africaine afin de rappeler à l’ordre les différents mouvements rebelles. La seule solution viable est la paix et la réconciliation ; pour cela, nous devons tous, centrafricaines et centrafricains adhérer à cette initiative. J’en suis conscient, les sacrifices à consentir sont énormes, tant les stigmates de la guerre fratricide sont encore là ; mais nous n’avons pas le choix. C’est ainsi que je saisis cette occasion pour interpeller solennellement Messieurs SENOUSSI dont l’héritage historique avec tout ce qu’il comporte, Djono AHABA et Lambert LISSANE en dépit des crimes passés à leur actif, d’œuvrer sincèrement pour la paix ; cette paix recherchée et voulue est celle des Cœurs. Elle ne saurait être précédée d’aucune pensée ou calcul maléfique et/ou diabolique. Il est intolérable que nous mobilisions autant d’énergie pour trouver le chemin de la paix et que nous nous mettions à faire et/ou cautionner des déclarations incendiaires. Il est impératif que le Gouvernement de la République et l’Union Africaine prennent leurs responsabilités par les voix respectives du Ministre de Affaires Etrangères et du Commissaire Paix et Sécurité de l’Union sinon vous aurez donné un signal négatif aux rebelles et autres criminels qui bravent votre autorité et sapent votre capacité de négociation. Non ! il ne faut pas laisser faire ça ; il ne faut laisser les hors la loi avoir droit de cité. C’est ici le lieu de condamner fermement l’interview accordée par Edouard DROPSY, le correspondant de France 24 et RFI ; qu’en serait-il si des médias centrafricains allaient interviewer un terroriste qui vient de frapper sur le territoire français, alors que celui-ci, retranché, serait recherché par toutes les Forces de Sécurité Intérieure de France ? Tout ceci au nom de la liberté de la presse. Non, nous ne devons pas laisser faire ça !

Steve TANGOA




Laisser un commentaire