Talitha Koum Centrafrique: la nouvelle plate forme politique met en garde la coalition « E Zingo Biani »

        DECLARATION DE TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE

RELATIVE AUX AGITATIONS DES INSTIGATEURS DE « E ZINGO BIANI »

Centrafricaines, centrafricains, très chers compatriotes,

Ces derniers temps, nous assistons à des manifestations et autres agitations  d’un groupuscule d’agitateurs dénommé  « E ZINGO BIANI » constitué essentiellement d’aigris et de soi-disant leaders d’une opposition aux abois et en mal de pouvoir qui veulent en découdre avec le Président Faustin Archange TOUADERA et plonger notre cher et beau pays la RCA dans les profondeurs d’une crise sans lendemain. 

Les protagonistes de cette plateforme de malfaiteurs, ennemis de la démocratie et chantres du tout chaos sont bien connus et d’ailleurs le peuple centrafricain n’attend que le moment propice pour  leur servir en retour l’ingratitude et tout le malheur dont ils sont à l’origine et qui ont plongé la RCA dans cette crise qu’ils veulent à tout prix entretenir et pérenniser car elle leur sert de vache à lait et de fond de commerce politique.

Mais qui sont réellement ces extrémistes, fossoyeurs de la démocratie centrafricaine ?

Ils sont notoirement connus de tous les centrafricains et d’ailleurs nombre d’entre eux sont tout simplement des prisonniers en sursis sur lesquels pèsent l’épée de Damoclès à s’en tenir aux procédures instruites et pendantes contre eux devant les tribunaux.

Il s’agit de :

  • Alexandre Ferdinand NGUENDET : lui-même complice pour ne pas dire auteur intellectuel de la crise centrafricaine pour avoir facilité la prise de pouvoir par son beau père le sanguinaire Djotodjia et sa bande de mercenaires djihadistes de la seleka, lesquels ont semé les germes de cette crise qui perdure en Centrafrique.

Le commun des centrafricains se souvient encore de la marche de soutien qu’il a organisée en son temps au régime despotique de la seleka mais surtout du détournement de plus de deux milliards de francs CFA dont il s’est rendu coupable et pour lequel le dossier est pendant devant la Cour des Comptes.

  • Jean Serge BOKASSA : Technicien de surface et marmiton de son état, il s’est révélé en politique grâce au Président Faustin Archange TOUADERA qui a fait de lui Ministre.

Se croyant imbu d’un destin national à l’exemple de son feu père l’empereur Bokassa, ce chanvreur connu dans les milieux a cru bon se retourner contre le Président TOUADERA pour assouvir ses ambitions démesurées et satisfaire la cause de ses parrains mafieux tapis dans l’ombre et dont nous vous révélerons bientôt les identités.

  • Gervais LAKOSSO : cet éternel caméléon est connu pour ses changements de couleurs au gré de ses intérêts égoïstes. Fin manipulateur, il se dit de la société civile alors que tout le monde connait ses accointances avec une opposition malicieuse qui lui fait miroiter la promesse d’une nomination à un poste ministériel en cas de changement de pouvoir. Plusieurs fois aux arrêts, LAKOSSO ne doit sa liberté qu’à la magnanimité du Président TOUADERA qu’il cherche à tout prix à déstabiliser.
  • Joseph BENDOUNGA : ce débonnaire, loufoque et tonitruant personnage qui a mis à sac la mairie de Bangui alors qu’il était maire de la ville est connu pour ses frasques et son élan à se victimiser.

Son invalidité psychique est à l’ origine de ses nombreuses élucubrations qui lui font croire une certaine notoriété qui lui donnerait une destinée nationale. Sa verve se comprend par son échec dans le milieu politique et d’affaires. Tout Bangui est d’ailleurs au courant de la saisie de la quasi totalité de ses biens par une banque de la place pour défaut de règlement de ses créances (quelle irresponsabilité ?).

  • ABDOU KARIM MECKASSOUA : Mercenaire nigérian, ce gangster s’est illustré par les coups d’Etat de  2003 contre PATASSE, le Coup d’Etat de 2013 contre BOZIZE et le coup d’Etat manqué de 2018 contre le Président TOUADERA avec des mercenaires tchadiens dont certains ont fait des aveux et croupissent en ce moment au Camp de Roux.

MECKASSOUA a été a juste titre éjecté de son fauteuil de Président de l’Assemblée Nationale pour des faits de détournements avérés dont il s’est rendu coupable.

Obnubilé par le fauteuil présidentiel, ce renégat sans foi ni loi est prêt à tout pour s’accaparer du pouvoir.

  • Anicet Georges DOLOGUELE alias 10% : ancien premier Ministre et adversaire malheureux du Président Faustin Archange TOUADERA au second tour des élections présidentielles, cet économiste dont le sobriquet de 10% en dit long sur les pratiques dans les milieux administratifs et d’affaires n’a pas pu digérer sa défaite face à l’actuel homme fort de Bangui.

A l’origine de la souffrance des fonctionnaires centrafricains qui ont accumulé plus de 20 mois d’arriérés de salaires alors qu’il était Premier Ministre.

DOLOGUELE  a tenté sans succès d’instiguer un coup d’Etat en sollicitant les services de KOKATE Joachim lequel a purement et simplement décliné l’offre, l’affaire est pendante devant la justice. Il est le financier connu du Groupe de travail de la société civile de LAKOSSO, BENINGA et du tristement célèbre syndicaliste ZOH PONGUELE.

  • Dominique YANDOKA : membre d’un réseau de trafiquants de stupéfiants, ce fugitif recherché par les services de renseignement français a cru bon de se forger une stature politique pour se camoufler. Une chose est certaine, il finira un de ces quatre matins à tomber dans les mailles de la justice qui le recherche pour ses nombreux forfaits notamment le blanchiment d’argent dont il se serait rendu coupable.
  • Firmin ZOH PONGUELE : Ce syndicaliste aux soldes des politiciens est connu pour ses prises de positions qui ne traduisent que son alignement aveugle derrière ses maitres à penser notamment DOLOGUELE et MECKASSOUA.

Les promesses d’une nomination comme ministre le font courir de gauche à droite mais une chose est certaine sa course sera bientôt arrêtée par ses camarades qui en ont assez de ses changements de vues au gré de ses intérêts égoïstes.

Voilà chers compatriotes le visage de ceux qui manipulent l’opinion dans le but d’empêcher le Président TOUADERA d’aboutir dans sa politique courageuse de recherche de la paix et de l’unité nationale en Centrafrique.

Le peuple centrafricain les suit de près et est au courant de toute la stratégie qu’ils ont définie avec l’appui de mercenaires étrangers à l’exemple de ce personnage de peau blanche, identifié et circulant à Bangui dans une voiture de marque Rav4 dont nous taisons le nom et l’immatriculation du véhicule pour des raisons d’enquêtes.

Nous savons tous qu’ils ont élu pour QG la villa KOLONGO du feu BOKASSA où ils tiennent régulièrement des réunions et définissent leur plan satanique pour déstabiliser le pays.

La résidence de NGUENDET servirait de dépôt de munitions et autres engins de guerre et carburant en provenance de Zongo en RDC, destinés à soutenir leurs plans funestes.

Aussi, nous saisissons l’occasion pour remercier les braves populations de  Bangui en particulier celles du 8eme et du 6eme arrondissement pour avoir marqué un soutien ferme au Président Faustin Archange TOUADERA en refusant de céder aux chantres de la haine qu’ils n’ont pas hésité à bouter dehors empêchant à ces derniers de tenir leurs meetings de propagandes nocives.

Peuple centrafricain, chers compatriotes, le pays se remet doucement mais sûrement de cette crise dans laquelle ses ennemis cités ci- haut l’ont plongé.

J’appelle chacun de vous à la vigilance accrue.

Nous devons tout faire pour barrer la route aux ennemis de la nation, chantres de la haine et de la division qui veulent maintenir le pays dans le chaos et déstabiliser les institutions de la République et la jeune démocratie centrafricaine.

Comme un seul homme, ils retrouveront le peuple centrafricain devant eux.

 « Errare humanum est sed perseverare diabolicum »

Fait à Bangui, le 02 Juillet 2019

Le Coordonnateur Général de la Plateforme

TALITHA KOUM Centrafrique

(Cellule de réflexion et des stratégies)

Blaise Didacien KOSSIMATCHI




Laisser un commentaire