Trophée Bamara : « politiquement j’ai mené mon combat contre les Sélékas » Bida, Koyagbele

Kangbi-ndara.info/ « je n’ai peur de personne si ce n’est de Dieu.  Je n’ai pas peur de dénoncer ce qui ne va pas aussi.  Je n’ai pas peur de dire ce que je pense. D’autres le font aussi à leur manière mais mon engagement politique se manifeste dans cette logique », mots de Bida Koyagbele, leader  de l’Association des Paysans de Centrafrique (APC ) désigné le 03 février 2018 par Trophée Bamara « l’homme politique  de l’année » en Centrafrique. Bida Koyagbele se livre à Kangbi ndara.

Monsieur Bida Koyagbele bonjour. Le Trophée Bamara vient de vous démarquer des autres politiques nationaux en remettant le prix d’excellence. En quoi vous vous êtes démarqué réellement ?

Bonjour, je m’investis juste à faire mieux pour mon pays, mais je ne dis pas que je fais  mieux que les autres et je ne sais pas qu’est ce qui fais la différence  entre les autres et moi.

Ne pensez-vous  pas que quelqu’un d’autre serait pourrait aussi remporter ce prix 

Bien sûr que oui, je ne demande que ça, c’est la logique du progrès il faut que les gens fassent mieux que moi.

Croyez-vous au sérieux du Trophée Bamara contrairement à certains ?

Je crois à la crédibilité de cette structure que je ne connaissais pas d’abord ,mais politiquement j’ai mené mon combat contre les Sélékas qui sont des terroristes qu’ils faut neutralisé et qu’ il faut mettre en prison ,et qu’il faut juger je n’ai peur de personne si ce n’est que de Dieu je n’ai pas peur de dénoncer ce qui ne va pas aussi  je n’ai pas peur de dire ce que je pense d’autres le font aussi à leur manière mais mon engagement politique se manifeste dans cette logique .

Voudriez-vous remporté le trophée prochain ?

Je pense qu’il  faut que d’autres remportent aussi et qui pourront être mieux que moi donc il faut aussi penser à eux on va sincèrement être dans une  logique de challenge .pour avoir le trophée c’est bon ,que le meilleur gagne et je souhaite qu’il y a des gens qui sont bien meilleurs  que moi faut que la génération qui suivent se donnent des meilleurs que les générations précédentes ,comme dit l’adage un fils doit être meilleur que son père .C’était une marque à l’endroit de moi-même paysan ,je remercie la fondation Bamara d’avoir honoré les paysans Centrafricains que nous sommes.

Je vous remercie.

C’est à moi de vous remercier.

                                                                                    Propos recueillis par Claire Stéphane KOKANZO




Laisser un commentaire