Représailles à Batangafo : les témoignages contraires aux allégations du chef rebelle Alkhatim

Kangbi-ndara.info/ Les accords d’un cessez-le-feu en République centrafricaine ont été violés dans la localité de Batangafo tandis que le Secrétaire général des Nations Unies se trouvait encore sur le sol centrafricain. A Batangafo, la responsabilité des affrontements ayant coutés plus d’une vie se jette d’un camp à l’autre.

Le chef rebelle du Mouvement Patriotique pour la Centrafrique (MPC) auto gradé général, Mahamat Alkhatim a rapporté hier à Kangbi-ndara que les positions de ses hommes près de la rivière Ogon ont été attaquées par des antibalaka venus de Benzambé, Bossangoa, Tambakounda et Mbari. Il a chiffré à plus d’ une dizaine le nombre de ses éléments tués dans cette attaque surprise et l’opération de nettoyage menée par ses miliciens. Alkhatim a signalé l’enlèvement de 15 éleveurs peuls dont trois ont été égorgés par les assaillants.Il a qualifié les agresseurs de « désordonnés » qui rament à contre-courant du cessez-le-feu obtenu en juin dernier à Rome. Alkhatim a aussi menacé de s’en prendre à tous ceux qui prendront pour cible les couches vulnérables dans son pré-carré.

Des témoignages contraires tombent ce 30 octobre 2017 de Batangafo.

«  A l’origine des récents combats à Batangafo, l’assassinat du chef du village Kagoué 2. Ce chef était tué froidement à son domicile par le jeune frère d’Alkhatim du nom d’Ousman Fakir. Quelques heures plus tard, Ousman tue encore un jeune à l’entrée de ce village. C’est ainsi que les jeunes du village Kagoué 2 ont attaqués en représailles la position des hommes d’Alkhatim près de la rivière Ogon. Par précaution, les hommes d’Alkhatim demandaient aux éleveurs de Kamba Kounda de lever le camp avec leur bétail. Les éleveurs étaient partis sur instruction des hommes d’Alkhatim et non parce qu’ils étaient attaqués. C’est ainsi le 25 octobre les jeunes de Kagoué 2  lançaient une offensive contre la base des hommes du MPC dont le chef était Ousman Fakir le frère d’Alkhatim. Les jeunes de Kagoué 2 tuaient Ousman, son adjoint et trois autres à Ogon. Il n’était nullement question d’une descente des antibalaka de Bossangoa ni de Benzambé ou des  villes environnantes », témoignage d’une autorité administrative à Batangafo en contradiction avec les faits rapportés par le chef rebelle Alkhatim qui qualifie les jeunes de Kagoué de « désordonnés ».

D’autres sources de révéler qu’au moment des faits sus-évoqués, Alkhatim se trouvait encore à Sido, la frontière tchadienne. Informé le chef rebelle quitte Sido pour Batangafo. Contraint d’entrer dans la ville par la Minusca, Alkhatim et ses hommes ont contourné l’interposition étrangère en empruntant une pirogue à l’aide de laquelle ils ont pu traverser La kouanga. Ainsi ils ont atteint le viillage Saragba quasi vidé de ses habitants avant l’arrivé des miliciens du MPC.

« Alkhatim et ses miliciens tuaient des vielles mamans ne pouvant se déplacer à Saragba. Personnes, ni la Croix Rouge ne pouvaient ramasser les cadavres. Les hommes d’Alkhatim empêchaient aussi tous ceux qui tentaient de récupérer un corps pour enterrer. C’est seulement hier qu’ils tiraient les corps avec des cordes afin de les enterrer dans une fosse commune parce que les cadavres décomposaient », témoigne un autre habitant joint ce jour au téléphone avec l’aimable collaboration du député de Batangafo 2.

Le seul point de concordance dans les différentes versions est que le calme est de retour dans la localité.

Pour les habitants interrogés, le cessez-le-feu  est délibérément violé par Alkhatim et ses hommes qui veulent désarmer tout le monde dans la localité sans qu’ils se désarment.

Kangbi-ndara

Comments

comments




Laisser un commentaire