Un homme froidement abattu à son domicile par des hommes armés

Le 7e arrondissement, précisément le quartier Ngaragba tout comme le quartier Boy-Rabé est devenu un quartier cible  des pistoléros qui hantent le sommeil des centrafricains.  On se demande jusqu’à quand cela va durer?

image001Il est 23 heures, juste au niveau de l’Ecole Colombe où habite M. Josué Mouda, électricien et sa femme Nguenengafou Marlène Patricia, personnel au BINUCA, ont été visités par des membres de la SELEKA.

Au moment où ce couple était en plein sommeil, alors que le cadet de Josué qui se nomme Mouda Enoch était encore au salon en train de regarder la télévision avec l’une des filles de la victime, c’est là que l’événement va commencer. Voici le récit du frère du défunt. « C’est mon frère ainé qui a été tué. Au fait, dans la nuit du 06 août aux environs de 23 heures, j’étais au salon en train de regarder la télé au moment où mon grand frère et sa femme dormaient dans leur  chambre. Brusquement, au moment où il y a eu la pluie, je voulais regagner ma chambre. Alors, j’ai entendu  une main qui frappait à la porte suivi d’un forçage. En face de moi, quatre personnes armée dont trois en tenue civile et l’autre en tenue militaire. Je me suis mis à crier au voleur ! Au voleur !

Celui qui était en arme m’a pointé et m’a ordonné de m’asseoir sans aucun bruit. De suite, mon grand frère qui sortait de la chambre suivi de sa femme, a été automatiquement abattu par un coup de feu qui a traversé sa poitrine du coté droit et a touché sa femme dans son bras avec un bébé dans les bras. Lorsque j’ai regarder, les deux étaient complètement inondé de  sang. Ces bandits armés ont pris la fuite dans l’immédiat. C’est à ce moment que j’ai fais appel à nos voisins pour m’aider à transférer les victimes à l’Hôpital communautaire. ».

En demandant de savoir si les coupables ont emporté des biens matériels, le témoin de l’événement a répondu : « ils n’ont rien emporté comme biens. Moi-même, je sais que c’est une mission bien préparée ».

Voilà encore des situations qui attestent de la situation de l’insécurité grandissante qui règne dans la capitale centrafricaine en dépit des  garanties de sécurité données dans les discours des autorités actuelles. Personne n’ignore ce qui se passe actuellement en RCA qui agissent au grand jour au vu et su de tous. Personne non plus ne se dérange pour traduire ces coupables devant les instances judiciaires.

Assassinats sommaires, braquages, vols et viols, la population Banguissoise ne sait plus à quel saint se vouer pour arrêter cette hémorragie. La ville est devenue une ville à l’Irakienne où les gens meurent comme des mouches. Certains quartiers de la capitale comme, Ngaragba, le KM5, Kina, Miskine, Malimaka, Damala, Combattant, Gobongo et Boy-rabé, sont devenus très dangereux et infranchissables à partir de 18 heures au risque de se faire interpeller par des bandits armés.

MOUDA Joe est un père de famille et on se demande ce que vont devenir ceux qui vivaient grâce à son savoir faire!

 

source Agora

Comments

comments




Laisser un commentaire