Urgence sécuritaire à Bouca : le député de la majorité présidentielle Teddy Arnold Wedane exige la démission du ministre Wanzet

Kangbi-ndara.info/ Au moins 15 mercenaires de nationalités soudanaise et tchadienne arrêtés cette semaine par les habitants de Bouca 2, circonscription du député Teddy Arnold Wdane. Faute de dispositions prises par le Gouvernement devant cette urgence sécuritaire, cet élu de la nation juge exige la démission du ministre de la Sécurité Publique, Henri Wanzet Linguissara qu’il accuse aussi d’outrage public.

Image déplorable du pouvoir politique affichée ce matin 25 mai 2018 à l’enceinte de la Maison du Peuple par le Député de Bouca Teddy Arnold Wedane et le ministre de la Sécurité Publique Henri Wanze Linguissara.

Le député Wedane et le ministre Wanze ont frôlé la bagarre devant un public « hétérogène » à la sortie du couloir donnant sur le Camp Fidel Obrou.

La cause de cette altercation remonte au début de la semaine dans la ville de Bouca 2.

Selon Teddy Arnold Wedane, environs trois cents hommes armés et assis trois sur une moto ont fait leur incursion à Bouca le début de cette semaine. Ils ont tués quatre personnes dans la ville mais les autodéfenses de Bouca leur ont infligé une perte en vie humaine de plus de vies. Une quinzaine de ravisseurs ont été arrêtés par les autodéfenses de Bouca.

Les habitants de la ville ont jugé utile d’en faire part à leur représentant au parlement national pour toutes fins utiles. Ainsi, Teddy Ouedan a été mis au parfum de la situation et devrait faire le nécessaire pour que soient transférer à Bangui les mercenaires capturés.

Teddy Arnold Wedane d’ajouter qu’il a contacté des hautes autorités du pays dont le ministre de la Sécurité Publique Henri Wanze Linguissara pour des dispositions d’urgences à prendre.

D’après le député de Bouca, le ministre de la Sécurité lui aurait répondu de la manière suivante dans le couloir menant au cabinet du Premier ministre centrafricain : « C’est ce que tu m’appelles pour me dire ? Vous les députés là, vous ne me b… pas. Je ne veux plus que tu m’appelles. Tu en as déjà parlé au Premier ministre pourquoi tu m’en parles encore, laisse le Premier ministre s’en chargé. Si tu continues tu vas te retrouver allonger dans ton propre sang ».

Pour Teddy Arnold Wedane, la réaction du ministre Wanze est inacceptable au regard de la gravité de la situation sécuritaire dans sa circonscription Bouca 2.

« Les gens meurent dans l’arrière-pays et dans la capitale mais ce ministre s’en fou et quand on l’appelle il ose m’interdire de ne plus lui en parler. Il est nommé au gouvernement pour couvrir les tueries ou pour protéger le peuple qui a élu le Président Touadera et leurs représentants au parlement national ? », a martelé le député de Bouca.

Teddy Arnold Wedane, profitant de l’altercation, a exigé la démission du ministre Henri Wanze Linguissara pour incompétence et laxisme devant le massacre des populations civiles.

Le ministre Henri a été interpellé et auditionné ce jour par la Commission Défense de l’Assemblée Nationale.

Cet incident causé par un membre du Gouvernement et un député de la majorité présidentielle a désolé plus d’un.

C’est la deuxième fois en un mois que la question de démission du ministre de la Sécurité Publique soit portée sur les fonts baptismaux. Le 8 mai dernier, la Société Civile centrafricaine a aussi réclamé la démission du ministre Wanze pour les mêmes motifs.

Kangbi-ndara

 




Laisser un commentaire