Yaloké : Cenrafrique : Le groupe de personnes en provenance de Paoua poursuit sa marche à pied vers Bangui

Yaloké, 11 juillet 2014 (RJDH) –  Le groupe de personnes non armé qui a passé la nuit dans la ville de Yaloké, a quitté cette localité à pied ce vendredi 11 juillet  à destination Bossembélé. Selon une autorité locale de Yaloké, un autre groupe en provenance de Bossangoa va les rejoindre, avant de poursuivre leur marche vers la ville de Bangui.

imagescanevmvwCes personnes ont quitté la ville de Paoua la semaine dernière. Ce groupe  est non armé, mais certaines personnes portent des tenues militaires. C’est depuis la semaine passée qu’un groupe de personne non armé a quitté le nord de la Centrafrique à destination de Bangui. Ces personnes, selon des sources locales serraient des éléments de l’ancienne rébellion de Jean Jacques Démafouth, l’Armée populaire pour redressement et la démocratie, (APRD).  

Ces personnes sont arrivées dans la ville de Yaloké jeudi 10 juillet où elles ont passé la nuit. Des sources concordantes indiquent que leur effectif ne fait que gonfler par certains jeunes rencontrés tout au long de la route.

«Ils ont quitté Yaloké vendredi aux environs de 8 heures. Certains jeunes de cette ville ont rejoint ces personnes, qui marchent derrière une banderole où est écrit ‘’Mouvement de destin et de révolution’’. Ils ont dit qu’ils n’ont pas besoin de voleurs ni de gens mal intentionnés. Mais plutôt des personnes qui peuvent marcher avec eux pacifiquement », a témoigné un habitant joint par le RJDH.

Selon la même source, ces personnes qui ont commencé leur marche depuis le nord de la Centrafrique, ont fait savoir que leur objectif est de rencontrer les autorités de transition afin de discuter de leurs conditions de vie, qui sont très déplorables.

Pour le moment, ces marcheurs évitent de donner tout commentaire ou information. « C’est difficile de connaître leur réelle motivation. Mais selon leurs dires, ils seraient dépassés par l’insécurité dans le nord », a confié une source militaire.

Joint en début d’après midi de vendredi par le RJDH, un conseiller à la présidence a déclaré qu’ils sont au courant de cette situation. « Nous sommes informés. Nous devons d’abord recouper plus d’informations avant de réagir officiellement », a dit cette source.

Arrivées mercredi dans la ville de Yaloké, les autorités locales ont indiqué que l’effectif  de ces marcheurs est de 300, alors qu’ils étaient 78 au départ.

Selon les dernières nouvelles en provenance de Bossembélé, ces marcheurs auraient été stoppés près de la ville par une mission du ministère de la défense, qui procéderait à leurs auditions.  




Laisser un commentaire