Accueil Non classé Centrafrique: « Synergie Centrafricaine » fait la clarification sur la gestion du Ministre...

Centrafrique: « Synergie Centrafricaine » fait la clarification sur la gestion du Ministre Ange-Maxime Kazagui

127 vues

Le Rapporteur-général de « Synergie Centrafricaine, Euloge KOÏ DOCTROUVE, assisté du Coordonnateur Simplice OULOUFI, a conféré ce 13 juin 2020 avec la presse dans l’une des salles de conférence de l’Hôtel Azimut. L’objet de cette rencontre avec les professionnels des médias, consiste à fare le bilan des réalisations et les perspectives du Ministre de la Communication et des Média, Ange-Maxime Kazagui.  Ci-dessous, l’intégralité du propos liminaire…

Conférence de presse de la Synergie Centrafricaine

Relative au bilan des réalisations et perspectives du Ministre de la Communication et des Media : Ange Maxime KAZAGUI

PROPOS LIMINAIRE

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Au nom du bureau de la Synergie Centrafricaine, je voudrais en ce début de mon propos liminaire traduire la reconnaissance de l’ensemble des membres de la Synergie à toute la presse ici présente ainsi qu’à tous les internautes qui nous suivent en direct sur les réseaux sociaux pour avoir répondu à notre invite pour ces échanges.

C’est l’occasion de renouveler toute notre reconnaissance aux femmes et hommes des média et de la communication qui accompagnent et rythment les actions du gouvernement. Votre rôle est un véritable adjuvent à la marche vers un Centrafrique pacifique et solidaire par votre participation effective et citoyenne à la vie de la nation.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Comme vous le savez bien, depuis quelques jours, une poignée d’organes de presse écrite et en ligne se livrent au jeu d’accréditation de fausses nouvelles accusant le Ministre de la Communication de détournement de biens publics et de mauvaise gestion.

Face à ces ragots dont chacun de vous s’est fait une certaine lecture, la Synergie Centrafricaine se sent interpellée, estimant qu’il est de son devoir de vous rencontrer afin de vous donner sa lecture et vous livrer des informations bien précises, réelles et crédibles.

Avant d’aborder les sujets pour lesquels vous êtes conviés, je voudrais présenter succinctement l’homme qui est aujourd’hui sous les feux de la ronde des critiques des bonimenteurs.

Qui est Ange Maxime KAZAGUI?

Avant que le Président de la République ne fasse honneur de le nommer au gouvernement, le Ministre KAZAGUI est avant tout un homme d’affaire prospère qui  a créé des entreprises à succès. C’est dire qu’il n’est pas sorti de nulle part.

Très jeune, après ses études en sciences économiques puis en marketing et commerce dans des universités françaises, il est rentré pour se mettre au service de son pays. C’est ainsi qu’il fut nommé  Secrétaire Général , puis Chargé de Mission de la puissante et prestigieuse Chambre du Commerce, de l’Industrie, des Mines et de l’Artisanat de l’époque, ensuite élu par ses pairs au Conseil économique et social, élu et réélu Vice-président puis Président de la commission Production, Ressources de ladite institution. Il a aussi été élu par toujours par ses pairs Conseiller national de transition où ses collègues l’avaient élu Président de l’une des grandes commissions de l’institution  notamment la Commission  artisanat et production.

S’inscrivant dans la posture de politique active et pour contribuer  à la réduction du chômage impliquant le développement socio-économique du pays, il a créé une chaine d’entreprises à succès pareillement à d’autres fonctions de Directeur Afrique d’une grande entreprise suisse-SGS-pour le compte de laquelle il a effectué plusieurs missions à l’étranger, d’Expert Conseiller du processus de Kimberley, d’Expert Evaluateur diplômé de diamants bruts, de Consultant international en Communication et investissements et de Consul honoraire de la République d’Afrique du Sud.

Fort de ses compétences, de sa résilience et de son abnégation au travail, plusieurs pays étrangers l’ont engagé comme Consultant afin de les cocher et les assister vers leur acceptation comme pays participants au processus de Kimberley. Ce fut le cas du Cameroun.

Nous devons rendre hommage au travail, au savoir, à la créativité, au talent et à l’engagement de ce digne fils de la République qui a l’amour de sa patrie et l’honore.

ii. La ronde des critiques des bonimenteurs et mafieux

La Synergie Centrafricaine, comme l’immense majorité de la population, s’est interrogée sur les raisons des kyrielles d’invectives, de calomnies et d’attaques contre le Ministre KAZAGUI. De nos investigations sérieusement menées, il en ressort que les professionnels du chaos, de la magouille, de la supercherie, de la malhonnêteté alimentée par la haine, bien identifiés, ont juré de tout faire, au nom des intérêts bassement alimentaires, pour mettre les bâtons dans les roues au Ministre KAZAGUI qui se montre de plus en plus méticuleux sur la gestion du département doit-il a la charge. C’est ici que l’adage créole, nul ne jette de pierres sur un arbre dépourvu de fruits autrement dit seuls les gens de valeur sont l’objet d’attaques, prend son sens.

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Les préoccupations qui nous tiennent à cœur méritent maintenant bien que l’on y revienne pour mettre ç nu les gros mensonges savamment orchestrés par les bonimenteurs et mafieux.Il s’agit des cas de détournements des matériels de la télévision et de la question de gouvernance.

Sur la question de détournement des matériels de la télévision centrafricaine

L’on se souvient qu’il est allégué que  le Ministre KAZAGUI aurait détourné des matériels pour les remettre chez un tiers.

A ce sujet, la Synergie prend bonne note de la réponse somme toute claire du Ministre qui a indiqué au cours d’une conférence de presse ceci : «…………………………………… »

Outre cette réponse suffisamment limpide pour éclairer la lanterne des uns et des autres, il sied de préciser que le Ministère de la Communication et des média, ne disposant pas d’un budget consistant, ne peut assurer  convenablement la formation de ses agents. Pour pallier à ces déconvenues, le Ministre fait usage de son génie imaginatif et de son pouvoir relationnel pour parvenir à trouver les créneaux pour former ses collaborateurs.

Contrairement aux allégations selon lesquelles la structure contractante ne dispose pas de siège, la Synergie affirme haut et fort que celle-ci a bel et bien un siège de haut standing en cours de travaux situé à Bonga-Bonga.

Dans leur volonté de nuire au Ministre, les colporteurs de fausses informations ont soulevé un présumé cas de conflit d’intérêt, ce qui n’est pas absolument pas le cas dans la mesure où la structure incriminée n’exerce pas dans le domaine de l’audiovisuel, mais plutôt elle intervient dans le domaine de la formation.

C’est aussi en vain qu’ils ont tenté de taxer le Ministre d’avoir recruté un étranger pour en faire lui Directeur des services techniques alors que c’est bel et bien un Centrafricain de souche qui a eu la chance d’émerger en Afrique du Sud.

Sur le dossier de Teleconsult

Il est impérieux que des investigations plus approfondies soient menées pour accéder à une meilleure compréhension des faits. Ce fut la démarche adoptée par la Synergie pour accéder à des informations réelles, crédibles et vérifiables.

Dans sa parution du 12 juin 2020, sous un titre pompeux mais au contenu vide de sens et incohérent (Scandale à la Télé Centrafrique ‘’Le Citoyen répond au Ministre de la communication)le quotidien Le citoyen, est revenu avec  tant de contradictions, de contre-vérités et d’incohérences éhontées  pour tenter d’incriminer le Ministre Ange Maxime KAZAGUI. En lisant cet article, tout esprit averti se rendra rapidement compte que les éléments développés au sujet des dossiers  SENTECH, TELECONSULT et ANECDOTE .contrairement à ce qu’il voudrait laisser croire, ont confondu les auteurs. Je reviendrai  plus en détails au cours des échanges sur lesdits dossiers.

Mais avant cela je tiens à rappeler qu’avant sa prise de fonction, le 13 septembre 2017, conformément à la lettre de mission  remise par le Premier Ministre, instruisant le Ministre de la Communication de REPRENDRE contact avec SENTECH, les comportements  prévaricateurs des responsables de TELECONSULTont poussé le tout nouveau Premier Ministre  de l’Administration TOUADERA d’alors à fermer la porte de son cabinet à cette société,  et ont également conduit le Ministre des Finances à ne plus verser un seul francs à cette bande de mafieux qui a longtemps bénéficié de la protection d’une constellation de magouilleurs hauts placés de l’époque.

Comment comprendre que les matériels de la télévision sont insuffisamment livrés alors que le gouvernement a versé d’importantes sommes d’argent à TELECONSULT?

Sur la note de service

A la suite de la publication de la note de service du Ministre de la Communication et des Média dont l’objectif est d’appeler au respect des exigences des mesures édictées par le Chef de l’Etat dans le cadre de la lutte contre la maladie à coronavirus, certaines voix se sont élevées pour incriminer le Ministre de la communication.

A cet effet, la Synergie note que les observations formulées à l’égard de ladite note sont abjectes, malintentionnées et exagérées. Il y a lieu de préciser que ladite note ne fait interdiction ni au passage des émissions religieuses ni aux communiqués nécrologiques, exceptés ceux qui comportent des contradictions avec les mesures barrières pour éviter la contamination et la propagation de cette dangereuse, contagieuse et mortelle maladie.

La Synergie observe qu’effectivement certains prédicateurs demandent aux croyants de se saluer au nom de Jésus et qu’il ya aussi des communiqués où il est souvent fait mention du transport de la dépouille mortelle de la morgue au domicile familial ce qui pousse au rassemblement avec tous les risques possibles, contrairement aux instructions présidentielles exigeant ce mouvement de la morgue directement au lieu de l’inhumation.

La Synergie note en plus un manque de sincérité, de crédibilité et surtout de probité morale de certains cadres véreux dont les noms ont été cités dans les dossiers relatifs aux cas de vol des matériels de la télévision centrafricaine soumis à une  procédure d’enquête à la gendarmerie où les intéressés avaient d’ailleurs avoué leurs forfaits. Il ne suffit qu’au Ministre KAZAGUI de dire oui pour que ces voleurs soient mis aux arrêts.

On est manifestement là en présence d’un cas de voleurs qui crient au voleur.

Le cas où un haut cadre a gardé par devers lui les fonds destinés à partager à ses collaborateurs à l’occasion de la célébration de l’an 4 du Président de la République et la main mise sur les fonds alloués pour assurer le transport du personnel qui travaille jusqu’à tard, sont autant d’exemples attestant les comportements mafieux de ces hauts cadres détracteurs di Ministre KAZAGUI.

Pou la synergie, les graves manquements constatés doivent faire l’objet d’une répression sans complaisance. C’est en désespoir de cause que les martins pécheurs et les bonimenteurs se livrent aux invectives et aux attaques personnelles.

Dans un tel contexte où tous les maillons de la chaine sont gangrenés, il y a lieu de faire attention. Elle invite et encourage les organisations faitières des journalistes à s’assumer pleinement à travers l’encadrement éthique et déontologique de leurs membres et la dénonciation des délinquants tapis en leur sein ou derrière eux. Car une profession ne peut visiblement prospérer quand la presse elle-même a des épines à ses pieds. Une presse véritablement professionnelle que nous appelons tous et de tous nos vœux, ne saurait tolérer la gangrène en son sein.

Réalisations

Dès sa nomination, le 13 septembre 2017, l’état des lieux des media publics était lamentable au point de perdre toute crédibilité auprès du public. Ainsi, on pouvait noter les infirmités ci-après :

  • Délabrement avancé des équipements et locaux
  • Médiocrité du contenu des programmes
  • Mauvaise qualité des images
  • Emission à mi-temps
  • Impossibilité de présenter le journal télévisé en direct
  • Manque d’antennes de relais FM
  • Limite de la couverture médiatique
  • Inexistence d’un journal gouvernemental
  • Inexistence d’une imprimerie haut de gamme pour éditer les journaux nationaux au format tabloïd

Bilan de réalisations

Dresser un bilan signifie porter un regard sur ce qui s’est passé. Il faut reconnaitre les faits comme tels.

A l’actif du bilan, nous notons :

  • Télévision centrafricaine
  • La reconstruction, réhabilitation et rénovation du siège de la TVCA
  • L’adaptation de la TVCA à la réception numérique
  • La dotation en équipements de dernière génération : émetteurs, antennes, régies, salles de montages, plateaux de présentation du journal télévisé, cameras robotisés
  • Qualité d’image de haut standing
  • Visible dans tout le monde
  • Présente sur les bouquets satellites
  • Radio Centrafrique :
  • Réhabilitation et équipement su studio A
  • Installations des émetteurs de relais FM d’un kilowatt à Bangui, Bouar, Berberati, Bambari, Obo, Bangassou où la radio nationale émet en FM sur les 106.9
  • Couverture progressive de toutes les villes
  • Numérisation
  • Reprise des audiences
  • Journal SANGO

Avec le lancement du journal Sango, le Ministre KAZAGUI a tenu la promesse du gouvernent faite lors de la cérémonie de l’inauguration de la télévision centrafricaine, mais contribue ainsi à agrandir ’écosystème communicationnel du gouvernement est constitué de la Radio, la télévision et la page Facebook. C’est la révolution de la communication gouvernementale, un outil permettant de donner une visibilité aux actions du gouvernement.

Dans un contexte où l’enveloppe budgétaire accordée au Ministère de la Communication est très modeste, seuls l’esprit créatif et d’ingénierie stratégique, et la compétence sont susceptibles de créer l’opportunité de financement de certains projets par les partenaires.

III. perspectives

Fidèle à la vision du Chef de l’ETAT et passionné de faire chaque jour un peu plus en donnant un coup d’accélérateur  aux actions concrètes pour le développement de l’espace médiatique centrafricain, le Ministre KAZAGUI, armé de courage d’ingéniosité et de l’amour de son pays, projette de réaliser les projets suivants :

  • Construction d’un immeuble pour abriter les services du département de la communication et des média
  • Construction d’une grande imprimerie destinée à éditer les journaux nationaux
  • Relecture de la loi sur la liberté de la communication en République centrafricaine.

Tous les efforts consentis traduisent la volonté, l’engagement et la passion du Ministre KAZAGUI agissant sous la très haute impulsion du Président Faustin Archange TOUADERA de garantir aux citoyens le droit à l’information et à la communication.

Tels sont les éléments d’information que la Synergie tenait à porter à votre attention.

Je vous remercie.