Accueil Politique DECLARATION DE TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE SUITE AUX DERNIERES ELUCUBRATIONS DE L’ANCIEN PRESIDENT...

DECLARATION DE TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE SUITE AUX DERNIERES ELUCUBRATIONS DE L’ANCIEN PRESIDENT FRANҪOIS BOZIZE YANGOUVONDA SUR RFI

137 vues

Centrafricaines, centrafricains, très chers compatriotes,

A l’instar de chacun d’entre vous, Talitha Koum Centrafrique a suivi avec un grand sentiment de déception la dernière sortie de l’ancien Président François Bozizé Yangouvonda sur les ondes de Radio France Internationale.

Cette sortie a été une nouvelle occasion pour l’ancien homme fort de Bangui non seulement de ressasser sa nostalgie du pouvoir mais encore et surtout de fustiger le Président TOUADERA qu’il accuse de vouloir modifier la Constitution pour prolonger son mandat, ce qui selon lui ouvrirait la voie au désordre et à l’instabilité.

BOZIZE trouve par ailleurs le moyen de se dédouaner des crimes commis sous son mandat et pour lesquels il est poursuivi devant les juridictions internationales en particulier la CPI tout en se disant prêt à affronter la justice puisqu’il aurait la conscience tranquille.

Tout porte à croire que le Général BOZIZE est sujet à une dystonie cérébrale qui ne lui permet plus de se souvenir des crimes et autres forfaitures qui lui sont imputables et qui restent encore vifs dans le conscient et le subconscient du centrafricain lambda.

Dans ses élucubrations, le Général usant de ruse et subterfuge comme à son habitude, feigne en effet d’ignorer sa grande responsabilité dans la grave crise que la RCA traverse, crise qui n’est rien d’autre que la résultante de la politique tribalo ethnique qu’il a consacrée en son temps en mode de gestion et surtout son refus de tout dialogue et du respect des engagements pris par lui devant ses pairs et la nation toute entière. C’est cela qui lui a valu d’être chassé du pouvoir par le brave civil Djotodja et sa horde de terroristes.

Sa fuite éhontée laissant derrière lui une population aux abois et une armée déliquescente, politisée et tribalisée jusqu’aux os constitue à ne point s’en douter un acte de haute trahison pour lequel il doit répondre devant les juridictions compétentes.

L’humilité et le courage auraient voulu qu’il fasse amende honorable devant le peuple centrafricain qu’il a déçu et abandonné au lieu de s’engager dans une logique hasardeuse et périlleuse de reconquête d’un pouvoir qu’il a perdu et bien perdu, et qui lui a certainement tourné le dos ad vitam aeternam.

Qu’est-ce que François BOZIZE a servi au peuple centrafricain durant plus de dix ans de pouvoir et qu’il veut encore lui donner ? Les larmes ? le sang ? la haine ? la misère ? l’insécurité ? Oui Papa BOZ a rassasié le peuple centrafricain avec cette merde dont nous trainons encore les séquelles et que le Président TOUADERA s’attèle avec le succès qu’on observe à y remédier.

Il y a un temps pour tout. Le peuple centrafricain a pleuré hier mais aujourd’hui il reprend petit-à-petit son sourire. Que le DIABLE ET SES DEMONS laissent ce pays, notre pays se remettre des années de malheur qu’ils nous ont injustement imposées. Personne n’est dupe, Bozizé sait pertinemment que sa place est en prison mais il use de manœuvres dilatoires et politiciennes pour échapper à la justice aussi bien de son pays que de la CPI dont une équipe est déjà sur place à Bangui dans le cadre de la procédure ouverte à son encontre. S’il peut aujourd’hui circuler librement sur le territoire national c’est grâce à la politique de main-tendue du Professeur Faustin Archange TOUADERA.

Il ne fait aucun de doute que la perte du pouvoir est à l’origine de cette dysphorie que développe le Président François Bozize et ses ouailles mais comme le dit l’adage latin « QUAM NUNQUAM MELIUS SERO » autrement-dit « Mieux vaut tard que jamais ». Il est encore temps à notre Général de faire amende honorable et donner une chance de paix véritable au peuple centrafricain en tournant résolument le dos aux calculs politiciens et en prenant ce que tout le peuple attend désormais de lui à savoir sa retraite politique.

S’agissant de ceux qui s’agitent sur un prétendu report des élections, comme nous l’avions annoncé dans notre précédente déclaration, les élections auront bel et bien lieu aux dates fixées par l’ANE et d’ailleurs le chronogramme sera rendu public dans les heures qui suivent selon les informations concordantes à notre disposition.

Fait à Bangui, le 29 Avril 2020

  Le coordonnateur National de Talitha Koum Centrafrique

Blaise Didacien KOSSIMATCHI