Accueil Actualité Ouaka : le Prix Spécial de Paix lance d’importants projets de développement...

Ouaka : le Prix Spécial de Paix lance d’importants projets de développement à Bambari

250 vues
?

Kangbi-ndara.info/ Bambari revient significativement dans la République et devient de peu à peu le symbole de la résilience en République centrafricaine (RCA) au bénéfice de l’Accord de paix de Khartoum. Le Chef de l’Etat centrafricain, Faustin Archange Touadera, désormais Prix Nobel de Paix, vient d’y lancer plusieurs projets de développement au bénéfice des habitants de la localité.

?

La liesse populaire et l’accueil chaleureux réservés au Président Touadera le mardi 12 septembre dans la Ville de Bambari laissent déduire aisément que la Préfecture de la Ouaka ait compris, grâce à l’impulsion de la politique de non-violence prônée par le Prix Nobel de paix, les avantages de désarmer pour jouir pleinement des dividendes de l’Accord de paix signé le 6 février 2019 à Bangui, entre les groupes armés et le Gouvernement.

Le Président Faustin Archange Touadera, avec le soutien conséquent de la Banque mondiale (BM), de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Chine, a lancé plusieurs projets favorables à l’amélioration des conditions de vie de la population de la Ouaka.

?

En partenariat avec la BAD, le Chef de l’Etat centrafricain a procédé mardi dernier à la pose de la première pierre du Centre de Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes de Bambari à Gbakoumalepka (30 km sur l’axe Grimari). Un projet estimé à 1 milliard de FCFA. Un centre entièrement alimenté de l’énergie solaire.

Afin de pallier les désastreuses conséquences de la fermeture des portes de l’unique centre de formation des pédagogues du pays, ayant impacté considérablement le système éducatif national, le Professeur Touadera a impulsé la réhabilitation, la clôture de la superficie et l’équipement du dortoir de l’Ecole Nationale des Instituteurs (ENI). Le projet est financé par la BAD à hauteur de 250 millions de FCFA.

La mission présidentielle du 12 septembre 2019 a également marqué le démarrage du projet de réhabilitation de 13 forages à pompe de motricité humaine avec superstructures à Bambari et ses périphéries, la construction de 14 ouvrages d’assainissement, la construction de 2 connexes d’eau potable équipés de panneaux solaires, construction de 10 bornes fontaines et le les travaux de réhabilitation de la route Bambari-Yppi, Bambari-Alindao et Bambari-Bakala ont été  lancés.

Dans le cadre du projet PASEL, le désormais Prix Nobel de Paix a lancé le projet d’amélioration des services d’eau et d’électricité à Bambari où la fourniture en électricité a repris son rythme d’antan depuis mardi dernier. Pour joindre l’utile à l’agréable, l’Etat centrafricain entend augmenter la capacité de fourniture en électricité de 1MW au bénéfice de l’éclairage publique et domestique de la ville. 

?

Enfin, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre de la gare-routière moderne de Bambari qui sera dotée d’un dortoir et nombreux emplacements locatifs avant que le Président Touadera ne réalise sa promesse de vulgariser sur l’ensemble du territoire la culture du champignon chinois de la Technologie Jucao en procédant au planting du premier pied.

La Préfecture de la Ouaka située au centre-est de la République centrafricaine était le repère des rebelles armés sans foi ni loi jusqu’au lendemain du retour à la légalité Constitutionnelle, marqué par l’accession à la Magistrature suprême de l’Etat du Pr Faustin Archange Toaudera. Aujourd’hui, le Président centrafricain, le Gouvernement centrafricain et les partenaires techniques et financiers de la République centrafricaine viennent de redonner à Bambari ses lettres de noblesse afin qu’elle devienne une « ville sans armes ».

Dans la mise en œuvre de la politique du relèvement du pays, le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera a lancé le 15 août dernier à Alindao, dans la Basse Kotto, deux grands projets baptisés Londo et Londo plus. Deux projets à forte main d’œuvre pour résorber le chômage dans la localité.

La rédaction